Les employés du Team Suzuki Ecstar ont appris ce lundi que leur équipe ne serait plus au départ du championnat du monde MotoGP en 2023. Joan Mir et Alex Rins, que le team-manager Livio Suppo souhaitait renouveler, doivent trouver un nouveau guidon.

Arrivée dans le paddock ce lundi après-midi, en marge du test de Jerez, la nouvelle a pris tout le monde de court. Même les employés de la section MotoGP de chez Suzuki, qui ne s’attendaient pas à repartir d’Andalousie en sachant qu’ils perdront leur travail à la fin de l’année. Ce devrait pourtant être le cas, d’après des informations recueillies par nos confrères de Motorsport, qui tendent à se confirmer depuis leur parution.

Les dirigeants du constructeur japonais se sont entretenus ce lundi avec le Team Suzuki Ecstar, resté à Jerez pour une journée de roulage au lendemain du Grand Prix d’Espagne. Une réunion au cours de laquelle a été annoncée la décision de se retirer du championnat du monde MotoGP à l’issue de la saison en cours, et ce alors que le contrat en vigueur s’achève fin 2026.

Engagé en MotoGP de 2002 (première année de « l’ère MotoGP ») à 2011, Suzuki avait mis les voiles une première fois avant de revenir en 2015, passant de la GSV-R à la GSX-RR. Aleix Espargaro et Maverick Viñales en ont été les premiers pilotes officiels, avant qu’Andrea Iannone et Alex Rins ne prennent la relève. Recruté en 2019, Joan Mir a porté la marque au sommet en décrochant le titre en 2020, sous la houlette de Davide Brivio parti quelques semaines plus tard.

Moins en réussite en 2021, le constructeur japonais signe un début de campagne 2022 positif. Alex Rins occupe la quatrième place du championnat après six Grands Prix, tandis que Joan Mir est quelques points derrière au sixième rang. La régularité du duo espagnol fait du Team Suzuki Ecstar l’actuel leader du classement par équipes.

Les raisons contiennent encore des mystères à percer, mais elles rebattent totalement les cartes du mercato 2023. Le champion du monde 2020, Joan Mir, est désormais présenté comme proche de rejoindre Honda, qui l’a approché cet hiver pour remplacer Pol Espargaro dans le team Repsol. Plus de doutes entourent l’avenir d’Alex Rins, mais il lui reste encore du temps et des guidons à prendre. Le pilote d’essai Sylvain Guintoli se retrouve aussi sur le marché.