Les deux promus se sont quittés dos à dos samedi (1-1) au terme d’un match décousu qui ne leur permet pas de faire une opération juteuse mais qui les rassure en partie.

Il aurait fallu une règle de précision pour mesurer si le verre était à moitié plein ou à moitié vide samedi soir à Mondercange. La configuration de la rencontre doit laisser des regrets à l’UNK qui a fait la course en tête pendant presque 80 minutes avant de se faire rejoindre sur le fil alors qu’il était en supériorité numérique. Mondercange avait aussi toutes les raisons d’être frustré pour avoir pris le match à son compte sans toutefois se montrer assez tranchant en zone de conclusion.

Mathieu Leroux avait porté ses couleurs au commandement peu après la dixième minute de jeu lorsqu’il exploitait, d’une très belle demi-volée, un ballon repoussé par Dzemil Husovic sur une frappe de Jeoffrey Ramos (0-1, 12e).

L’interminable course-poursuite débutait alors pour une équipe de Mondercange qui restait sur 10 matchs sans victoire et qui était privée de son gardien titulaire Teddy Da Silva, de son défenseur central Lamine Fall et de Tarek Nouidra, remercié en semaine. Un climat plombant qui ne se ressentait pas sur le terrain. La bonne volonté poussait les locaux vers le but de Joé Frising, mais ça manquait cruellement de vitesse et de variation devant le but visiteur.

Le renvoi pour deux cartons jaunes de Clayton De Sousa à 20 minutes de la fin n’arrangeait pas les affaires du club local qui voyait toutefois ses efforts récompensés à la dernière minute lorsque Frising repoussait en envoi de Flavio Da Silva. Idir Mokrani se rappelait aux bons souvenirs de tout le monde en égalisant (1-1).

LE SOULAGEMENT DE MOKRANI

«C’est ma première titularisation et mon premier but de la saison», racontait l’ancien goleador du RM Hamm Benfica et de l’Union Titus Pétange. «J’avais demandé au coach de me donner ma chance. Je le remercie lui et tout le club. Oui le climat était un peu tendu ces dernières semaines. Mais ni plus ni moins que dans un autre club qui ne tourne pas. Mais avec cet état d’esprit, on va s’en sortir», ponctuait celui qui reconnaissait avoir manqué un peu de chance, de lucidité et de concentration en première mi-temps.

Son association avec Hassan Mbarki, le buteur maison qui marque le pas ces dernières semaines, est à revoir. La complémentarité n’a pas sauté aux yeux.

Dans le camp d’en face, on ne savait pas non plus sur quel pied danser. «On mène 1-0, ils prennent un carton rouge et eux ne pouvaient égaliser que sur une phase arrêtée. Je ne sais pas combien on leur a donné de corners et de coups francs. Il arrive dès lors ce qui devait arriver. On s’est arrêté de jouer à la mi-temps. On avait la peur au ventre. J’avais dit à la pause qu’il fallait jouer les contres à fond mais on n’est pas parvenus à le faire», pestait l’entraîneur de Käerjéng Marc Thomé.

Dans un bas de classement qui n’offrira de répit à personne, un point vaut mieux que rien mais les deux promus marquent le pas après un début de saison prometteur. Il leur reste une journée pour passer des fêtes un peu plus joyeuses.