Bonne surprise de ce début de championnat, l’US Mondorf pourrait profiter de la venue de Rosport pour s’ancrer dans le Top 5 du championnat.

Si les deux premières équipes ont fait le ménage, derrière, ça joue des coudes! Neuf formations se tiennent en six points. Le sujet de préoccupation, c’est autant le Top 5 que le maintien. Parmi elles, l’US Mondorf a astucieusement profité de la dernière journée pour gagner deux places et se placer au septième rang. A Bascharage, le club de la cité thermale a signé son cinquième succès de la saison. «Je suis satisfait de notre première mi-temps même si on gâche quelques face-à-face. On a aussi bien fait le dos rond après la pause», analyse Ahmed Benhemine.

L’expérimenté défenseur dispute sa septième saison sous le maillot mondorfois. Il connaît la maison comme sa poche. "Je sens le groupe épanoui. C’est la conséquence d’une philosophie de jeu tournée vers l’avant. On nous demande de nous faire plaisir et plusieurs joueurs sont libérés." La méthode Manu Correia plaît. Elle porte ses fruits mais le groupe ne relâche pas sa garde. "Face à Rosport, c’est le match-piège par excellence", poursuit Benhemine. "Ils grattent toujours des points en seconde partie de saison. Ce dimanche, il ne faudra pas se dire que c’est le septième contre le dernier." Un succès pourrait ouvrir le champ des possibles à Mondorf, "mais on ne se projette pas. L’objectif est d’assurer le maintien le plus vite possible."

Le F91 en appel, le Titus Pétange guette l’ouverture

Giflé par Hesperange, Dudelange a eu une semaine pour se remettre les idées en place. Le déplacement à Mondercange doit servir de nouveau départ au groupe de Carlos Fangueiro. Le Swift, nouveau leader de la compétition après sa démonstration dans la Forge du Sud, doit redescendre de son nuage face à une équipe de Käerjéng qui cherche son second souffle après des débuts prometteurs parmi l’élite.

La lutte pour le podium se poursuivra aussi. L’Union Titus Pétange s’est invitée au banquet après son coup de force chez son voisin de Niederkorn. Le club du Bassin Minier accueille l’insondable équipe de l’US Hostert, plus imprévisible que jamais.

Le Racing a toujours les deux pieds sur le podium mais Strassen rêve de le faire chuter. Le club de Luc Hilger a joué la carte de l’électrochoc en se séparant de son entraîneur Christian Lutz en début de semaine. Une solution comme une autre pour libérer une équipe méconnaissable depuis le début de la saison. Il faudra toutefois un supplément d’âme pour terrasser le voisin et prendre peu à peu du recul avec une zone rouge jamais facile à appréhender lorsqu’on est censé jouer le Top 5.

Le Fola l’a appris à ses dépens. Le sursaut d’orgueil face à Rosport n’a pas connu de prolongement L’heure est plus que jamais au doute au moment d’accueillir un voisin un peu mieux loti. Mais il ne faut pas le crier sur tous les toits car la situation de la Jeunesse est un rien moins fragilisée. Elle pourrait s’embellir en cas de victoire du Galgenberg. Elle faciliterait peut-être aussi la transition entre Jacques Muller, l’entraîneur par intérim et son successeur que le club pensait désigner pendant la trêve.

Encore moins bien armés que les deux clubs eschois, Rosport et Etzella chercheront à mieux respirer mais le club de la Sûre se déplacera à Mondorf et les Nordistes accueilleront un Progrès blessé après sa défaite contre Pétange.

Wiltz, un peu plus à l’aise depuis deux semaines, se déplacera à Differdange qui le précède d’un point au classement. Le vainqueur pourrait signer l’opération en or du week-end.