Wiltz et le Racing se sont quittés dos à dos (1-1) au terme d’une partie de médiocre qualité ponctuée par une phase confuse.

Les plus belles promesses sont celles qui se concrétisent. Celles proposées par Wiltz et le Racing pendant les dix premières minutes étaient porteuses d’espoirs, mais on en est resté à ce stade. Les Nordistes ont tenté d’enflammer la rencontre avec un plat du pied trop enlevé de Luca Napoleone sur une action amorcée sur la droite par David Timmermans et poursuivie par Benjamin Romeyns (4e). Dans la foulée, Rédouane Boulbrachene héritait d’une offrande de la défense visiteuse mais enlevait trop sa frappe.

Le club de la capitale, soucieux d’effacer au plus vite son ardoise laissée contre Rosport samedi dernier, s’est appliqué pour bien faire circuler le ballon mais deux occasions dignes de ce nom en 45 minutes sont insuffisantes pour une équipe de ce calibre. Emmanuel Françoise s’est retrouvé en position de conclure à la douzième minute alors que Davy N’Goma avait donné le tournis à la défense locale mais la petite frappe enroulée de l’attaquant repositionné dans l’axe léchait le poteau droit de Ralph Schon (12e).

Les trente minutes suivantes furent insipides, comme si la peur avait rattrapé deux formations en quête de confiance. Les deux dernières minutes du premier acte ont à nouveau tenu en éveil un public qui aurait pu s’assoupir. Un coup franc à l’apparence manquée de Jérôme Simon était dévié par Françoise sur la transversale. En face, c’est encore Napoléone, bien servi par Moïse Ngwisani qui inquiétait le Racing, mais la frappe de l’attaquant était contrée in extremis par Alexandre Laurienté.

LUSALA EN DEUX TEMPS

Le quatrième quart d’heure était tout aussi peu attrayant et ponctué d’un drame pour le FC Wiltz qui perdait Chris Philipps, le meilleur Nordiste hier, qui se tenait soudain les adducteurs. Le capitaine frappait le sol alors qu’il venait d’être rappelé en équipe nationale.

Les intentions étaient toujours palpables en seconde période mais on comptait les occasions franches avec deux doigts. Napoleone côté wiltzois et Laurienté côté visiteur, avaient l’ouverture du score au bout du pied. C’est finalement Andreas Buch qui faisait trembler les filets locaux sur un centre de Dinan Amiri à un peu plus de dix minutes de la fin.

Il restait au club de la capitale à gérer, ce qu’il fit jusque dans les arrêts de jeu. Il se produisit alors une phase confuse avec un pied jugé trop en avant de Joakim Kada, le défenseur du Racing sur Mirza Jasarevic. M. Bourgnon ne bronchait pas puis suivait l’avis de son assistant et donnait un penalty, ce qui provoqua la colère des Bleus. «Je n’ai jamais vu des arbitres aussi nuls que ça», pestait Kada. Les visiteurs n’étaient pas au bout de leur peine puisque le même assistant de touche signala que Romain Ruffier n’avait pas un pied sur sa ligne lorsqu’il arrêta le tir au but. L’arbitre le donna donc à retirer et Lusala le convertit cette fois pour offrir un point inespéré à ses couleurs.

Une semaine après avoir concédé deux points contre Rosport, le club de la capitale dilapidait deux autres unités à Wiltz. La cote d’alerte est atteinte.

TRANSVERSALES

-        Dudelange et Hesperange continuent de se tirer la bourre à distance. Carton plein (21/21) pour le F91 après son succès contre Etzella (4-0). Le Swift a torpillé le Fola (8-1) qui ne se consolera pas avec un premier but marqué après plus de 400 minutes de disette offensive.

-        Hostert n’a pas encore cédé sa lanterne rouge mais a enfin ouvert son compteur de victoire après son succès à la Frontière (2-1). Henri Bossi rêvait sans doute de retrouvailles plus joyeuses avec son ancien club.

-        Differdange y va lentement mais sûrement. Son succès à Mondorf (1-0) permet aux hommes de Pedro Resende de se raccrocher au peloton des poursuivants.

-        Le derby du Bassin Minier est revenu à l’Union Titus Pétange vainqueur sur le fil à Käerjeng.