Le jeune Danois Mattias Skjelmose a remporté la 82e édition du Tour de Luxembourg dont la dernière étape a été remportée par le Français Valentin Madouas.

Matias Skjelmose n’est pas du genre à paniquer. Lui qui a si rarement mis la balle au fond malgré de nombreuses places d’honneur ces derniers mois est resté calme dans un final haletant. Le jeu des bonifications avait en effet rendu cette dernière étape entre Mersch et Luxembourg (178,4 km) très ouverte.

L’échappée de quatre coureurs était restée sous le contrôle d’un peloton emmené par l’équipe du leader, la Trek-Segafredo. Les tentatives d’accélération et les quelques escarmouches n’ont pas déstabilisé les hommes forts de cette boucle luxembourgeoise qui se sont finalement expliqués dans la troisième et dernière montée du Pabeierbierg. «Le vent était trop fort pour qu’on attaque avant», déclarait Valentin Madouas. Son équipe, la Groupama-FDJ s’est ainsi rendu compte qu’elle ne pourrait pas retourner la table pour le classement général. Elle a joué la victoire d’étape et est parvenue à ses fins.

VAUQUELIN BATTU POUR 5"

Déjà vainqueur du premier des cinq actes de ce Tour de Luxembourg, Valentin Madouas a signé son second succès au pays, le troisième cette saison. Son coéquipier Kevin Geniets prenait la quatrième place.

En parallèle de cette explication se disputait la victoire finale avec les deux autres protagonistes de cette échappée qui s’est dessinée dans les derniers hectomètres. Mattias Skjelmose, le maillot jaune et Kevin Vauquelin, son dauphin qui le talonnait de trois secondes au classement général. Le Danois n’a jamais perdu de vue le Français d’Arkéa-Samsic et le devançait sur la ligne, ce qui lui permettait de reprendre deux secondes et de finir avec cinq secondes d’avance au classement général final.

«J’ai dû puiser dans mes réserves, je l’avoue. Vauquelin était un peu mieux placé que moi au moment d’aborder la côte finale. Je savais qu’on était de force sensiblement égale dans une arrivée en petit comité et mon coéquipier Alex Kirch m’avait tuyauté sur cette partie finale.» A 21 ans, le Scandinave signe la plus belle victoire d’une carrière qui va le mener rapidement aux Mondiaux australiens. «Ensuite, j’essayerai de poursuivre ma progression. Je suis encore jeune mais relativement confiant.»

GENIETS PRÊT POUR LES MONDIAUX

Mattias Skjelmose est le cinquième Danois à remporter le Tour de Luxembourg, 35 ans après le premier, Soren Lilholt et dix ans après Jakob Fuglsang. Souvent bien placé depuis le début de saison, il lui manquait la sensation de pouvoir lever les bras. C’est chose faite après notamment sa troisième place au Tour de Wallonie, sa cinquième place à la Route d’Occitanie ou encore son troisième rang au Tour de la Provence.

Côté luxembourgeois, on soulignera l’excellent Tour de Kevin Geniets qui prend la cinquième place finale à 31’’ du vainqueur. «Je n’ai peut-être jamais été dans une forme pareille», concédait-il avant de s’envoler pour les Antipodes.

Arthur Kluckers a suivi à la lettre la feuille de route que lui a présentée la formation UAE qui l’a engagé comme stagiaire pour ce Tour. Les frères Wirtgen se sont montrés aussi lors de la deuxième étape. Ces trois coureurs sont en quête d’une nouvelle structure pour la saison prochaine. Les décisions devraient tomber dans les prochains jours. En attendant, le Tour de Luxembourg a séduit les suiveurs qui n’ont pas tari d’éloges à propos de l’organisation.