L'entraîneur du FC Metz, très calme, n'a néanmoins pas mâché ses mots en conférence de presse, égratignant la star française du PSG.

Les coups de gueule de Frédéric Antonetti, jadis accompagnés d'une colère démonstrative, ne sont plus les mêmes aujourd'hui. Au moins devant les médias. L'entraîneur du FC Metz dit toujours clairement ce qu'il pense, mais ses punchlines sont froides. Hier, après la cruelle défaite face au PSG, il s'est présenté à la presse après Mauricio Pochettino, l'entraîneur parisien, faisant preuve d'un calme olympien... après avoir écopé d'un carton rouge quelques minutes plus tôt, pour un coup de gueule bien plus véhément sur le terrain.

L'arbitre, M. Pignard, en a pris pour son grade. "Il y a deux événements qui nous ont fait un peu sortir du match. Je ne comprends pas pourquoi il ne siffle pas la faute sur (Nicolas) De Préville et à partir de là, on est sorti du match. Les deux fautes, de l'autre côté, il les siffle. Je pense que l'arbitre a perdu le fil du match. On savait qu'on aurait notre chance, ça a été le cas" a pesté le technicien grenat après le match de la 7e journée de Ligue 1.

Puis cela a été au tour de MBappé, alors qu'un journaliste questionnait Antonetti sur le carton jaune reçu en fin de match par le gardien messin, Oukidja. Ce dernier reprochait visiblement son attitude à Mbappé après le but vainqueur du PSG, marqué à la dernière seconde. "Cela ne m'intéresse pas de parler de ce genre de chose" a d'abord commencé l'entraîneur messin, qui n'a néanmoins pu résister à évoquer la personnalité de MBappé. "Kylian Mbappé aurait intérêt à avoir un autre comportement s'il veut être aimé. J'adore ce joueur, il est très, très fort, mais il gagnerait à avoir un comportement plus humble".

Dans le jeu, Mbappé a été "inexistant", a noté le coach messin, "cela arrive quand il ne peut pas prendre la profondeur".

Quant à ce résultat cruel pour le FC Metz, toujours dernier de Ligue 1, Antonetti estime que "les joueurs auraient mérité au moins le nul." "Je regrette les vingt premières minutes. J'ai toujours dit que Paris est une belle locomotive mais je ne fais pas allégeance. On les a malmené par moments mais cela n'a pas suffi. On est un peu mieux mais les vents sont contraires. Je suis sûr qu'on va s'en sortir."

A ce moment-là, l'entraîneur du PSG, Mauricio Pochettino, était déjà dans le bus parisien, prêt à partir. Quelques minutes plus tôt, il a justifié le but de son équipe inscrit à la dernière minute par le fait qu'elle "lutte jusqu'au bout et ne s'avoue jamais vaincue."

Il a reconnu, enfin, que le FC Metz avait été difficile à manoeuvrer. "Mais c'était difficile de contrôler une équipe de transition, qui passe très vite de la défense à l'attaque. Keylor (Navas) a réussi un bel arrêt à 1-1. Je suis content de ce match de mon équipe, même s'il reste pas mal de points à améliorer."

A lire le compte-rendu du match, FC Metz - PSG (1-2)