Victime d'un penalty généreux, le FC Metz a été corrigé par l'AS Monaco, ce samedi après-midi, lors de la 31e journée de Ligue 1 (4-0).

Après deux semaines de trêve internationale, Metz se doutait bien que le retour aux affaires courantes, en Ligue 1, allait être compliqué avec ce déplacement à Monaco, ce samedi en tout début d'après-midi. Mais sans doute pas à ce point. Les Messins ont plongé dans les grandes largeurs face à un prétendant à l'Europe et à la Ligue des Champions, qui a déroulé une fois le score débloqué en seconde période...

Le début du match indiquait déjà que la rencontre serait compliquée pour des Messins mis directement sous pression. Privés de ballon, les hommes de Frédéric Antonetti ont failli craquer une première fois peu après la demi-heure de jeu: après un bon centre de Golovin, Volland ajustait une tête qui est allée heurter le poteau de Caillard, toujours en poste dans ses buts en attendant le retour d'Oukidja, suspendu (33e). Golovin, Volland, Jovetic: ces trois-là ont donné du fil à retordre aux Messins, qui ont sorti la tête de l'eau dans les dix dernières minutes de cette première période.

La plus belle occasion, côté messin, aura été cette reprise croisée de Gueye, sur un centre à ras-de-terre de Boulaya, qui a forcé Lecomte à plonger pour éviter une ouverture du score heureuse (41e).

L'élan mosellan aura néanmoins été vite douché...

DEUX BUTS EN DEUX MINUTES

Tout a vite basculé après la pause, et pas dans le sens que les Messins espéraient. Au bout de trois minutes seulement, l'arbitre a désigné le point de penalty pour une faute supposée de Caillard sur Jovetic, lequel venait d'éliminer Kouyaté mais avait manqué son piqué. Une décision très (trop) sévère, le portier messin déséquilibrant l'attaquant monégasque après coup... Mais Fabregas ne s'est pas embarrassé de ces considérations et a ouvert le score en frappant plein axe (1-0, 50e). Un but terrible pour les Lorrains, qui ont totalement craqué dans la foulée.

Après une bonne percée dans l'axe de Matazo, Volland s'est retrouvé parfaitement servi dans la surface deux minutes plus tard. Face à Boye et Caillard, l'Allemand, très en verve pour sa première saison en Ligue 1, a ajusté sa frappe du gauche. Caillard n'a rien pu faire et le break était fait (2-0, 52e).

Complètement sonnés, les hommes de Frédéric Antonetti ont eu alors bien du mal à exister au cours de cette seconde période, trop occupés à gérer les deux hommes dangereux de l'ASM: Volland et le nouvel entrant, Ben Yedder.

A juste titre d'ailleurs: l'attaquant international français a mis un petit quart d'heure à trouver le chemin des filets à son tour. Servi par Caio Henrique, Ben Yedder a fait parler sa vivacité en enchaînant contrôle et frappe en se retournant. Trop puissant pour permettre à Caillard, décidemment pas verni, d'intervenir (3-0, 77e).

Les Messins ont bu le calice jusqu'à la lie: à deux minutes de la fin du match, Boye a vu rouge pour une faute sur Martins dans la surface, laquelle a permis aux Monégasques de profiter d'un deuxième penalty. Ben Yedder n'en demandait pas tant et a catapulté le ballon dans les buts de Caillard (4-0, 88e). N'en jetez plus, la coupe est pleine !

Les Messins, qui restent sur trois défaites en quatre matches de Ligue 1, auront fort à faire dans les prochains jours avec un huitième de finale de la Coupe de France face à... Monaco, mercredi, puis la réception de Lille le week-end prochain.