Le FC Metz a réalisé une très belle opération en s'imposant à Montpellier (0-2), ce mercredi soir, lors de la 15e journée.

Trois jours après un match nul à Strasbourg (2-2) qui avait laissé des regrets à certains, notamment à Warren Tchimbembe, Metz est allé gagner là où beaucoup d'équipes se cassent les dents. Après cinq matches sans victoire, voilà qui fait du bien !

Sur la pelouse de Montpellier, outsider de Ligue 1 particulièrement séduisant sur le front offensif, les hommes de Frédéric Antonetti ont d'abord dû faire le dos rond avant de montrer le bout de leur nez. Cela a été le cas à la 18e minute sur un corner, avec cette tête de Maiga un peu trop piquée sur un ballon de Boulaya. Proches du hold up, les Messins ont pu souffler après une grosse occasion manquée de Savanier, lequel aurait pu faire un peu mieux que de tirer sur Oukidja (24e).

Metz, qui s'est appuyé ce mercredi soir sur une défense à cinq (avec Bronn, Boye et Kouyaté dans l'axe), s'en est alors remis à Thomas Delaine. Le latéral, qui retrouve du temps de jeu ces dernières semaines, s'est distingué deux fois. De manière très positive d'abord, avec une énorme frappe de 30 mètres que le gardien montpelliérain a finalement bien capté, en s'y reprenant deux fois (27e). Puis avec moins de réussite juste avant la mi-temps, lorsqu'il a manqué son contrôle puis son tir, qui a fini dans le petit filet d'Omlin (44e).

De son côté, l'attaque montpelliéraine n'aura finalement pas été très en vue au cours des premières quarante-cinq minutes...

UN PENALTY SALVATEUR

Dans ce match pas très emballant jusque-là, la balance a vite penché en faveur des Messins au retour des vestiaires. La faute à Savanier, le milieu adverse, qui a accroché Boulaya dans la surface de réparation. Résultat, Leya Iseka, aligné à la pointe de l'attaque, a ajusté un tir impeccable de l'intérieur du pied droit pour convertir le penalty (0-1, 50e).

La réaction adverse ne s'est pas faite attendre: sur coup-franc, Savanier a expédié un tir enroulé du droit qui a donné quelques frayeurs à Oukidja, mais qui est finalement passé de peu à côté des buts du gardien mosellan (53e). A 30 mètres, Delort s'est mis lui aussi à tenter sa chance (61e), avant que Ristic ne s'approche pour "allumer" Oukidja à la réception d'un long centre (68e). A chaque fois, le portier algérien du FC Metz a fait le nécessaire pour rassurer ses troupes.

Avant de crucifier son adversaire en toute fin de match, Metz n'a d'ailleurs pas été loin de doubler la mise avec Boulaya: le milieu de terrain a profité des errements défensifs de Congré pour envoyer un tir puissant en direction du premier poteau d'Omlin, qui a repoussé en corner (78e).

Puis, c'est Montpellier qui aurait pu égaliser à dix minutes de la fin du match avec Yun, auteur d'une reprise de volée contrée, et passée de peu à côté des buts d'Oukidja (80e).

Finalement, la délivrance est donc intervenue dans les ultimes minutes: Maiga, parfaitement servi par Yade à l'issue d'une contre-attaque, a logé le ballon sous la barre d'Omlin (0-2, 90e+1).

Après deux déplacements fructueux (4 points sur 6), Metz retrouve Saint-Symphorien samedi, avec la venue des étonnants Lensois.