Le FC Metz est allé prendre le point du nul en Alsace au terme d'un derby de l'est très animé face à Strasbourg (2-2), ce dimanche, lors de la 14e journée.

C'était l'heure des retrouvailles entre les Grenats et leur ancien buteur, Habib Diallo, objet d'un transfert qui a fait beaucoup parler l'été dernier du côté de Saint-Symphorien. En réussite de l'autre côté des Vosges (4 buts en 7 matches avant cette 14e journée), l'attaquant avait de quoi susciter quelques craintes dans les rangs mosellans, qui ne connaissent que trop bien la valeur du joueur.

Le premier quart d'heure a d'ailleurs été très compliqué pour Metz, à l'arrêt en Ligue 1 depuis deux rencontres (et deux défaites face à Lyon et Brest). Le trio Ajorque - Thomasson - Chahiri ont mis la pression sur l'arrière garde messine, laquelle a eu le mérite de faire le dos rond en attendant que l'orage passe. Diallo, lui, a bien tenté sa chance dos au but, en se retournant puis en décochant une demi-volée non cadrée (10e). Il n'a pas eu plus de réussite vingt minutes plus tard, sur une frappe de la droite, largement au-dessus (30e).

Du côté messin, pas grand chose à signaler en dehors de cette frappe de Farid Boulaya, laquelle s'est envolée au-dessus des buts d'un autre ancien de la maison grenat, le gardien japonais Eiji Kawashima (30e). Pas grand chose... jusqu'à la main coupable du défenseur strasbourgeois Simakan, synonyme de penalty incontestable pour Metz. Bronn ne s'est pas fait prier pour donner l'avantage aux siens (0-1, 35e).

On n'était pas loin d'un deuxième penalty sifflé en faveur des Messins, bien plus en vue lors des dix dernières minutes de la première mi-temps, sur un contact limite de Djiku sur Nguette (43e)...

PAS LOIN DU COUP PARFAIT

Le début de la seconde période aurait pu tuer le suspense: au bout de cinq minutes de jeu, Simakan, encore lui, contrait du bras le centre de Tchimbembé dans la surface alsacienne. Bis repetita: Bronn tentait encore sa chance sur penalty mais cette fois, Kawashima se couchait du bon côté (51e).

Les Strasbourgeois poussaient alors très fort, usant de centres pour essayer de bouger le bloc messin. Jusqu'au corner de Lienard, bien coupé au premier poteau par... Simakan, lequel réparait son erreur en égalisant de la tête (1-1, 66e). On se préparait alors à une dernière demi-heure compliquée pour les Grenats, mais ceux-ci encaissaient les charges adverses sans rompre totalement. Si bien qu'à la 70e, Nguette, assez seul aux avant-postes, repiquait dans l'axe avant d'ajuster une superbe frappe du droit pour redonner l'avantage aux Grenats (1-2, 70e).

Cela ressemblait au coup parfait mais la rencontre, très animée, n'avait pas encore dit son dernier mot. A la 78e, Thomasson bénéficiait du contrôle de la poitrine de Diallo pour enrhumer la défense messine d'un crochet court avant de piquer le ballon au-dessus d'Oukidja (2-2, 78e).

"Il y a des regrets car on était venu à Strasbourg pour la victoire", a réagi Warren Tchimbembe à la fin de la partie, au micro de Telefoot. "On a mené deux fois au score et deux fois ils nous rattrapent... On a réussi à se créer des occasions, on voulait vraiment marquer ce troisième but."

Les Grenats se préparent désormais à un déplacement qui s'annonce périlleux, mercredi à Montpellier.