Le FC Metz a partagé les points avec Dijon ce dimanche après-midi (1-1), lors de la 10e journée de Ligue 1. Il reste invaincu depuis sept journées.

L'excellent parcours des Messins cette saison suscite la gourmandise mais il faut parfois savoir ne pas faire la fine bouche. Car, si sur le papier, l'opération peut sembler moyenne -Dijon étant sacrément mal en point en Ligue 1- ce partage des points est loin d'être une mauvaise opération pour des Grenats bien secoués en fin de match. On pense notamment à cette tête de Konaté qui a trouvé le poteau d'Oukidja à 7 minutes du terme de la rencontre.

La première mi-temps a d'ailleurs été riche en rebondissements, avec deux penalties sifflés des deux côtés. D'abord en faveur du FC Metz dès la 7e minute, après un tacle coupable de Boey sur Boulaya. Mais Nguette, qui a décidé de tirer en plein milieu du but dijonnais, a vu le gardien Racioppi sortir le ballon des pieds. Ensuite, en faveur de Dijon, pour une faute très légère de Bronn sur Baldé, à la demi-heure de jeu. Bis repetita: cette fois, c'est Chouiar qui a opté pour un tir plein centre qu'Oukidja a repoussé lui-aussi, des genoux !

Entre-temps, il s'était déjà passé pas mal de choses. Quelques minutes après le penalty manqué de Nguette, Dijon a ouvert le score alors que les Grenats maîtrisaient plutôt leur sujet. Bien servi par Lautoa, Chouiar a en effet percé une défense lorraine prise en défaut, avant de centrer pour Baldé. L'attaquant adverse n'a pas cherché à comprendre en catapultant le ballon au premier poteau (0-1, 13e).

Menés contre le cours du jeu, les hommes de Frédéric Antonetti ont eu le mérite de ne pas baisser les bras. Huit minutes plus tard, ça a été au tour de Gueye de s'échapper sur le côté droit avant de remettre au centre dans la surface. A cet endroit, Papa Yade, jeune attaquant sénégalais de 20 ans, a ajusté un plat du pied que le portier dijonnais n'a pu qu'effleurer du bout des gants (1-1, 21e).

Dans la minute suivante, on est passé tout près d'un second but de Dijon du même Baldé, lequel a manqué de peu le cadre d'Oukidja à l'entrée de la surface (22e).

UNE FIN DE MATCH HALETANTE

La deuxième mi-temps a débuté sur un rythme toujours aussi plaisant, avec notamment un Chouiar qui a donné de nouvelles frayeurs à l'arrière-garde messine. A la 58e, le milieu offensif dijonnais s'est ainsi mis sur son pied gauche pour fusiller Oukidja, forçant le portier messin à s'envoler pour détourner le ballon au-dessus de sa barre transversale.

Côté Grenats, le joker Leya Iseka (il a été prêté par Toulouse fin octobre), à peine entré en jeu, a eu l'occasion de se distinguer mais son contrôle manqué l'a empêché de jouer le face-à-face avec le portier dijonnais (67e). Toujours très animée à vingt minutes de la fin, la rencontre restait également très indécise, même si les Dijonnais mettaient de plus en plus le pied sur le ballon. Une vague domination illustrée par cette grosse frappe de Boey, détournée par Konaté (70e). Surtout, il y a eu cette tête de Konaté, donc, qui a heurté le poteau d'Oukidja (83e).

Plus discret, le FC Metz a finalement joué ses dernières cartouches dans les ultimes minutes: après un corner joué à deux, Boulaya a trouvé avec un peu de réussite Ambrose, dont la reprise de volée a été arrêtée par Racioppi (85e). Et puis, Leya Iseka n'a pas été loin de reprendre de la tête le centre de ce même Ambrose (87e).

Bref, avant la trêve internationale, le FC Metz porte sa série à sept matches sans défaite. De quoi garder le sourire.

"Cela a été le match le moins accompli de notre saison. A nous de corriger tous ces petits détails... C'est un bon point pour nous vu la copie qu'on a rendue" a estimé Fabien Centonze, le latéral messin, au micro de Telefoot.