Le ministre des Sports n'exclut toutefois pas que les sports de contact soient de nouveau interdits si le nombre des nouvelles infections continue à grimper.

La nouvelle loi Covid est "un exercice de funambulisme entre la réaction face au nombre inquiétant d'infections et le souhait de retrouver une part de normalité dans le monde du sport et celui de la culture", selon son rapporteur, le député LSAP Mars Di Bartolomeo. Dès l'entrée en vigueur de la loi samedi, les fêtes et autres réunions privées seront soumises à des règles plus strictes. Les sports de contact, en revanche, seront à nouveau autorisés. La loi a été rédigée il y a deux semaines et vu que le nombre de nouvelles infections a fortement augmenté ces dernières semaines, le gouvernement pourrait décider de nouvelles restrictions dès dimanche. A peine réautorisés, les sports de contact pourraient-ils être à nouveau interdits? La réponse du ministre socialiste des Sports, Dan Kersch: "Rien n'est exclu".

La pratique des sports de contact pourra théoriquement reprendre samedi, mais "cela ne signifie pas qu'on doit d'office tout faire". Il faut toujours respecter le principe de précaution, selon le ministre, qui pointe aussi les principes élaborés par les fédérations et transmises aux clubs. Selon les échos reçus par Dan Kersch, avec les mesures de précaution, les clubs "vont même plus loin, que ce qui leur avait été recommandé". A son avis, on pourrait à nouveau  "raisonnablement" faire du sport, si on fait preuve de bon sens.

C'est donc aux clubs qu'appartient la responsabilité de décider s'ils organisent à nouveau des activités sportives de contact à partir de samedi. La plupart du temps, les infrastructures (halls sportifs, piscines) sont aux mains des communes. Les règles de la distance de deux mètres entre les personnes et du port du masque devront être respectées dans les salles, dans les couloirs et dans les vestiaires. Les clubs seront responsables de ce qui se passe sur le terrain ou sur le tatami. La bourgmestre libérale de la Ville de Luxembourg, Lydie Polfer, met cependant en garde contre les risques et les conséquences pour chacun si une personne se contamine. D'où l'appel à la responsabilité individuelle: "Je conseillerais seulement à chacun de réfléchir en âme et conscience à ce qu'il fait. Pour lui et pour ceux à qui il appartient de prendre leur responsabilité."

Il figure dans le rapport du député LSAP Mars Di Bartolomeo sur la nouvelle loi Covid, que la distance physique et le port du masque ne sont plus applicables pour les "acteurs" du monde culturel et du monde sportif. Avec l'argument que ces personnes se réunissent en nombre limité et surtout que leur identité est connue. En cas de transmission virale potentielle, leur traçage sera donc "facile".