Très vite réduits à dix, les Messins ont vu Bordeaux renverser la situation après avoir pourtant ouvert le score, ce samedi, lors de la 24e journée de Ligue 1.

Fin de série pour le FC Metz qui a connu un samedi soir au dénouement cruel face à Bordeaux. Transfigurés depuis la fin de le trêve hivernale, portés par trois victoires et un nul en Ligue 1 cette année, les Grenats se sont inclinés après avoir longtemps lutté...

la rencontre était ainsi partie tambour battant, avec un Niane très en jambe: après un déboulé côté gauche qui a amené un premier corner, le Sénégalais a ensuite envoyé une puissante reprise des 18 mètres au fond des filets de Costil (1-0, 3e). Une entame de match parfaite, mais très vite ternie par l'exclusion de Pajot, coupable d'un tacle mal maîtrisé sur Kwateng (9e).

Dès lors, on savait ce qui allait attendre les hommes de Vincent Hognon, comme le montrait Niane, le grand bonhomme de cette première période: c'est dans la tête que cette affaire allait se jouer, faisait signe le buteur à ses coéquipiers. Et au fond, il n'a pas manqué grand chose.

Les Messins ont d'abord résisté, même s'ils se sont parfois mis en difficulté tout seul: il y a eu les hésitations de Boye qui ont poussé Oukidja à quitter ses buts... et à se trouer un peu. Servi par Adli, Briand n'a, dans la foulée, pas cadré sa frappe alors que l'égalisation tendait les bras aux Girondins à ce moment-là (19e).

Puis, sur un centre venu de la droite, Hwang était lui aussi à deux ou trois orteils de trouver le chemin des filets (26e).

Les Grenats, eux, jouaient les coups qu'ils pouvaient jouer et faisaient preuve d'audace au milieu de terrain, quand ils parvenaient à récupérer le ballon. Comme sur cette superbe chevauchée de Centonze qui est allé au bout de son action, seulement stoppée par le pied de Costil (35e). De quoi donner des idées à Nguette, auteur d'une action identique: mais cette fois, c'est l'attaquant messin qui n'a pas cadré sa frappe (37e).

Avant la pause, Oukidja, de son côté, rassurait tout le monde en repoussant le coup-franc à ras-de-terre de De Preville (40e)...

OUDIN A REFROIDI LES MESSINS

Mais les Grenats n'ont pu conserver leur avantage que jusqu'à la 52e, moment choisi par Basic pour ajuster, aux abords de la surface messine, une belle reprise de volée qui a trompé Oukidja (1-1, 52e). Moins rythmée, la seconde période a vu les hommes de Vincent Hognon, davantage en souffrance, continuer de résister face à des Bordelais pas forcément au sommet de leur art. Et pourtant.

Ceux-ci auraient déjà pu renverser la partie sur une déviation du pied de Briand qui a trouvé le poteau (70e). Une bonne grosse dizaine de minutes plus tard, De Preville testait encore la vigilance d'Oukidja (82e). Et ce qu'on redoutait a fini par arriver: Oudin, entré en jeu, convertissait le bon service de Pablo, alors que le partage des points se profilait (1-2, 84e). Cruel pour les Messins, qui voient leur série de quatre matches sans défaite s'arrêter avant d'aller à Nantes le week-end prochain.

LES RÉACTIONS EN VIDÉO