Le FC Metz, qui a ouvert le score, a au moins pu freiner l'Olympique de Marseille ce samedi lors de la 18e journée de Ligue 1.

Ce dernier match de l'année au stade Saint-Symphorien face à l'Olympique de Marseille était classé à haut-risque pour les Grenats, une semaine après la débâcle à Nice (4-1). Et pourtant, l'exploit n'était pas très loin. Ce samedi en fin d'après-midi, les hommes de Vincent Hognon, accueillis sur la pelouse par une banderole "pas de respect ni d'envie" brandie par une partie des supporters, ont freiné l'OM. Il faudra attendre les autres résultats pour savoir si cela suffira à sortir de la zone dangereuse.

Après avoir subi la pression marseillaise durant les dix premières minutes, avec un Sanson qui aurait pu mieux faire dans la surface du revenant Oukidja (blessé face à Rennes), les Messins se montraient enfin par l'intermédiaire de Diallo, parti sur le côté gauche avant d'être arreté par Mandanda (10e). Les Grenats étaient contraints de procéder en contres, dominés dans le jeu par l'OM: Sanson, encore lui, voyait ainsi sa frappe enroulée finir dans les gants du gardien messin (19e).

On retrouvait le milieu marseillais un quart d'heure plus tard, sur une merveille de passe de Payet: la reprise de Sanson était boxée par Oukidja (35e).

Et puis, alors que les Marseillais cherchaient toujours la faille, les Messins les surprenaient sur un contre: Centonze centrait pour Nguette, lequel tendait sa jambe pour tromper au premier poteau Pelé, entré en jeu quelques instants plus tôt à la place de Mandanda (1-0, 40e). Une ouverture du score contre le cours du jeu, certes, mais qui permettait aux Grenats, à ce moment-là, de quitter la zone rouge.

PENALTY RATÉ ET ÉGALISATION...

L'entame de seconde période des Messins aurait pu doucher les espoirs marseillais, avec ce penalty accordé à la suite d'une faute sur Nguette. Mais une fois n'est pas coutume, Diallo voyait son tir adressé côté gauche repoussé par le portier de l'OM (53e).

Encore debout, Marseille attaquait à l'image de ce tir puissant de Payet dans la surface, qui terminait dans le petit filet des buts messins (66e). Oukidja restait attentif sur quelques tirs un peu mous et voyait la frappe de Rongier passer à côté de ses cages (69e).

Mais il ne pouvait rien sur le but de Radonjic, parfaitement servi en retrait par Germain, à peine entré en jeu (1-1, 71e). L'attaquant serbe redonnait aux siens l'espoir de renverser ces Grenats, qui ont réussi à s'accrocher à leur avance pendant une demi-heure.

Une dernière frayeur sur une tête de Germain repoussée sur la ligne par Gakpa, un dernier coup-franc repoussé par Pelé et les Mosellans pouvaient souffler, en dépit de 7 minutes d'arrêts de jeu.

Les fêtes de fin d'année pourraient être un peu plus sympathiques que prévu au FC Metz, à condition d'aller chercher un petit quelque chose à Dijon, la semaine prochaine, lors du dernier match de l'année. Et il vaut cher...

LES RÉACTIONS EN VIDÉO...