Le FC Metz a subi une défaite frustrante sur sa pelouse mercredi soir contre Rennes. Les Grenats enchaînent un sixième match sans victoire.

Metz joue de malchance. Capable de résister à Rennes et même de s'offrir quelques occasions par Diallo et Cohade, les Messins ont encaissé un but sur un contre rapide alors qu'ils venaient de se procurer une balle de but grâce leur capitaine.

Tout avait pourtant bien démarré avec une première incursion dans la surface rennaise dès la 3e minute, où Diallo, toujours lui, profitait d'une passe en profondeur dans le dos de Morel pour frapper un peu mollement en direction du but. Une première alerte qui n'a été suivie qu'après le quart d'heure de jeu, par des frappes excentrées mais cadrées de Delaine et Maïga.

De belles intentions également incarnées par Renaud Cohade, qui retrouve doucement une place de titulaire et son brassard de capitaine. Le messin a d'ailleurs fait preuve d'une grosse combativité et d'initiative, récompensé par un peu de déchets dans son jeu mais aussi par quelques occasions comme cette belle reprise dans la surface, repoussée par le gardien rennais Mendy à la 38e minute.

Ce fut d'ailleurs l'action-clé du match puisque la reprise de Cohade a été suivie d'un cafouillage dans la surface et d'un contre très rapide de Rennes. Devant, Raphinha parvenait à décaler Del Castillo, qui centrait devant Oukidja, et trouvait Hunou, plus rapide (0-1, 39e). Sur le but, le gardien messin recevait un coup involontaire à la tête de la part de Camavinga, lui aussi venu pour reprendre le centre. Le gardien est resté au sol plusieurs minutes avant d'être évacué sur civière, remplacé par Delecroix. Ce dernier a d'ailleurs été rapidement mis à contribution par Raphinha et, heureusement pour les Messins, a remporté son premier duel.

Au retour des vestiaires, Metz affichait un double visage: engagé devant, avec plusieurs incursions dans la surface rennaise sur le côté gauche, et friable derrière. La tête complètement embuée, l'arrière-garde messine se montrait fébrile et perdait une balle à vingt mètres de ses buts. Par chance, la frappe de Raphinha ne faisait trembler que le petit filet de Delecroix.

Devant, Habib Diallo, deuxième meilleur buteur du championnat, est longtemps resté sevré de ballons, contraint de se contenter de quelques remises. Il recevait finalement un centre intéressant et était bousculé dans la surface (65e). Une action sans conséquence puisque l'arbitre lui demandait de se relever.

La fin de match était complètement décousue, Metz poussant pour arracher un petit point sur sa pelouse alors que la paire Morel-Da Silva contenait bien les assauts grenats. La rencontre aurait d'ailleurs pu basculer rapidement comme en fin de première période, mais le coup-franc tiré directement par Bourigeaud était repoussé par un Delecroix à nouveau décisif. Les Messins peinaient finalement à se montrer vraiment dangereux et repartaient au vestiaire avec une petite défaite mais beaucoup de frustration.

Au classement, ils reculent à la 18e place, celle de barragiste, à la faveur d'un match nul de Dijon. Metz ne gagne plus (quatre points sur dix-huit lors des six derniers matches) et c'est un problème. Ils auront d'ailleurs deux prochaines rencontres délicates à gérer à Nice puis contre Marseille, avant de se déplacer à Dijon pour un duel de candidats au maintien.

Pour Alexandre Oukidja, le staff du FC Metz attend de voir les résultats de son examen à l'hôpital. Il souffrirait d'une commotion et avait repris connaissance.

LES RÉACTIONS

Julien Stéphan, entraîneur de Rennes: "Je trouve qu'on a été très pragmatique, qu'on a bien su capitaliser. Evidemment on aurait dû faire mieux en deuxième période mais on retient le positif. On savait aussi qu'on devait bien surveiller Diallo et je trouve que notre organisation a bien tenu."

Vincent Hognon, entraîneur du FC Metz: "Ce soir, la meilleure équipe a perdu. C'est cruel, injuste, et j'ai du mal à croire qu'on ne soit pas récompensé. Les joueurs ont beaucoup donné, ce n'est pas pauvre ce qu'ils ont montré. Sur les derniers matches, entre ce qu'on présente et ce qu'on récupère comme points, c'est décevant. Maintenant, il faut persévérer et être résilient. On est toujours dans cette recherche d'amélioration."