Depuis sa première compétition à l'âge de 15ans, la luxembourgeoise Jenny Warling ne fait qu'agrandir son palmarès.

C'est à Walferdange que tout a commencé pour Jenny Warling après avoir été repérée par Mich Feidt. L'entraineur était conscient à l'époque déjà de ce dont Jenny était capable, entre autre de prendre la relève de Tessy Scholtes.

Avec sa première compétition à 15ans qui lui a value la troisième place en EM, la karateka a été sacrée Sportive de l'Année.

Avec un beau palmarès à son actif, Jenny Warling a néanmoins encore un objectif: les Jeux Olympiques de Tokyo en 2020.

Après une opération des ligaments croisés en août 2018 et peu d'espoirs, la sportive a tout de même impressionné tout le monde en devenant sept mois plus tard championne d'Europe a Guadalahara. Elle a ensuite enchaîné sur une médaille de bronze aux Jeux Européens à Minsk, une cinquième place dans le tournoi K1 Premier League à Tokyo et une médaille de bronze à Santiago lors du Serie A.

Malgré les résultats impressionnants et un classement à la 26ème place de l'Olympia Ranking, ce n'est pas encore suffisant pour atteindre une des dix places pour Tokyo.
Une dernière chance se présente à elle lors des tournois de qualification à Paris au mois de mai 2020.

Le manque d'encadrement au Luxembourg, a pour conséquence qu'il est très compliqué d'évoluer au niveau International pour les sportifs luxembourgeois.

La sportive luxembourgeoise peut néanmoins compter sur sa famille et sur son club sportif quand elle a besoin de soutien.