La Fédération luxembourgeoise de football a annoncé mardi dans un communiqué qu'elle ne déposerait pas de recours devant le Tribunal arbitral du Sport.

Dans le dossier "Junior Moraes", la Fédération luxembourgeoise de football n'ira pas devant le Tribunal arbitral du Sport à Lausanne, a-t-elle annoncé dans un communiqué. La FLF ainsi que la Fédération portugaise de football n'avaient pas obtenu raison auprès de l'UEFA tant en première qu'en deuxième instances. Pour rappel, les deux Fédérations avaient émis des doutes quant à la qualification du joueur national ukrainien d'origine brésilienne, Junior Moraes, lors des matchs de qualification pour l'Euro en mars contre le Portugal et le Luxembourg.

Pour pouvoir jouer sous les couleurs d'une autre nation, il faut en principe avoir vécu dans ce pays pendant cinq années consécutives. Moraes n'avait habité en Ukraine que quatre ans et huit mois avant d'être prêté pour quelques mois à un club chinois.

La FLF a décidé de ne pas saisir le Tribunal arbitral du Sport après avoir appris que la Fédération portugaise n'introduirait pas de recours devant cette instance. La Fédération luxembourgeoise fait aussi savoir qu'elle a informé le Président de l'UEFA, Aleksander Ceferin, qu'elle était plus que déçue des décisions des instances juridiques de l'UEFA. La FLF ajoute qu'en agissant ainsi, elle montre plus de fair-play et de respect qu'en introduisant un nouveau recours.

Il est maintenant certain que l'équipe nationale luxembourgeoise ne récupèrera pas les trois points du match contre l'Ukraine sur le tapis vert. Le classement du groupe B restera tel qu'il est. A la première place, l'Ukraine avec dix points, le Luxembourg à la deuxième avec quatre points, ensuite viennent la Serbie avec quatre points, le Portugal avec deux points et en queue de classement, la Lituanie avec un point.