Moins de deux mois après le Mondial, l'équipe de France féminine de basket lance sa saison, qui doit la mener à l'Euro-2023, par deux matches de qualification cruciaux, jeudi (20h30) contre la Finlande à Saint-Chamond puis dimanche (17h00) face à l'Ukraine à Roanne.

L'Australie et l'élimination en quarts de finale le 29 septembre par la Chine (85-71) derrières elles, les Bleues regardent désormais en direction d'Israël et de la Slovénie, qui organiseront l'Euro du 15 au 25 juin.

La route passe par la Loire et par deux victoires dans cette poule B, dont la France (3 pts) occupe la deuxième place derrière l'Ukraine (4 pts), alors que les premiers de chacun des dix groupes et les quatre meilleurs deuxièmes seront qualifiés.

"L'objectif est de se qualifier du mieux possible et la première place, c'est quand même plus simple" souligne la capitaine Sarah Michel, qui vise un sans-faute "si possible avec beaucoup d'écart" en vue du classement final.

Notamment dimanche pour devancer à la différence particulière les Ukrainiennes, qui avaient lourdement battu les Bleues (90-71) en ouverture des qualifications il y a un an.

RTL

La capitaine des Bleues Sarah Michel lors du match opposant la France au Mali dans le groupe B pendant le Mondial-2022, le 25 Septembre, 2022. / © AFP/Archives

Pour tenter de faire sauter la banque dimanche à Roanne et jeudi face aux Finlandaises dans la toute neuve Arena Saint-Etienne Métropole (4.200 places), Michel et ses coéquipières peuvent s'appuyer sur leurs souvenirs d'Australie.

Décimées par les absences (Johannès, Gruda, Vukosavljevic, Miyem, Duchet) et peu expérimentées, elles en étaient reparties les valises pleines de promesses pour leur première compétition sous les ordres de Jean-Aimé Toupane, qui a remplacé Valérie Garnier après les JO de Tokyo.

"Il y a eu une bonne volonté de bien faire (au Mondial). Forcément on a envie de perpétuer cette volonté, d’avancer", explique Toupane, qui avait étrenné ses galons de sélectionneur par la lourde défaite en Ukraine.

"Nous allons être sur la continuité de ce que nous avons tenté de mettre en place cet été. Nous voulons nous appuyer sur notre défense et un jeu de relance (...) qui plaît aux filles", ajoute l'entraîneur.

S'il ne pourra toujours pas compter sur Sandrine Gruda, convalescente, ni Gabby Williams, meilleure Française en Australie et ménagée en ce début de saison, Toupane enregistre les retours de l'arrière Marine Johannès, blessée à la cuisse droite trois jours avant le début du Mondial, et de l'ailière Valériane Vukosavljevic, qui avait renoncé pour raisons familiales.

RTL

Le sélectionneur Jean-Aimé Toupane sur le banc de l'équipe de France pendant le Mondial-2022 en Australie où la France a échoue en quarts de finale, le 29 septembre, 2022. / © AFP/Archives

"Ça change car ce sont des grandes joueuses qui ont de l’expérience, commente le sélectionneur. On espère que ce sera un plus pour l’équipe, forcément. Il faudra trouver un équilibre pour tout le monde."