Coup de tonnerre en Ligue 1: l'entraîneur Jorge Sampaoli quitte l'Olympique de Marseille. Le club l'a annoncé.

Après un peu moins de 18 mois et l'immense joie d'une qualification directe pour la Ligue des champions, le parcours de Jorge Sampaoli à Marseille s'est terminé vendredi avec l'annonce d'une séparation d'un commun accord, sur fond de divergences à propos du mercato.

"Nous sommes satisfaits du chemin parcouru et des émotions vécues ensemble, mais à la suite d’une longue réflexion, les deux parties, qui agissent dans l’intérêt du projet de l’Olympique de Marseille, ont convenu de mettre un terme à cette étape", écrit l'OM dans un communiqué.

Le président du club, Pablo Longoria, en dira un peu plus lors d'une conférence de presse programmée à 17h00, mais la séparation s'est décidée autour d'ambitions divergentes entre les deux parties, ou en tous cas sur le timing de ces ambitions.

"Mon rythme et mes objectifs ne sont pas les mêmes que ceux des dirigeants. Il n'y a rien de mal à prétendre des choses différentes. L'important, c'est de rechercher l'excellence et de vouloir ce qu'il y a de mieux pour l'OM", a d'ailleurs écrit Sampaoli dans un message publié sur Instagram.

Dans les faits, les deux parties ont constaté qu'il y avait une incompatibilité entre les ambitions de Sampaoli en Ligue des champions et les moyens financiers de l'OM sur le mercato.

PRESSION DÈS MAI

"Il a évoqué des joueurs que l'on ne peut tout simplement pas s'offrir", a expliqué à l'AFP une source ayant connaissance des dernières discussions. "Pablo ne peut pas mettre le projet en danger, il ne peut pas aller à ce rythme."

Avec Sampaoli, l'OM a fini deuxième de Ligue 1 la saison dernière et s'est donc qualifié directement pour la Ligue des champions. Mais dès le mois de mai, l'Argentin avait fait passer un message très clair à ses dirigeants quant à ses exigences sur le mercato.

"Est-ce qu'on veut la Ligue des champions pour l'argent ou pour y être compétitif ? C'est ce qu'il y a de plus important à savoir pour le président, le propriétaire et le coach: savoir pourquoi on se donne cet objectif", avait-il dit.

"Il faut savoir si il y a la possibilité de créer une équipe de Ligue des champions. Parce que jouer la Ligue des champions, c'est jouer contre de grandes équipes. Venir pour jouer quelques matches et ne pas vraiment faire partie de la compétition, ça me semble illogique", avait ajouté Sampaoli, réputé être très exigeant en matière de recrutement.

Pour l'instant, l'OM n'a recruté que deux défenseurs centraux, Samuel Gigot et le jeune Isaak Touré. Le club a aussi perdu deux titulaires indiscutables, William Saliba, reparti à Arsenal, et Boubacar Kamara, parti libre à Aston Villa.

"UNE PASSION"

Sampaoli était bien présent à la reprise de l'entraînement mercredi mais la séparation a été actée en début de semaine, même si Longoria et le technicien argentin se sont de nouveau parlé ce vendredi.

"C'est vraiment une séparation à l'amiable. Il y a la compréhension de chaque côté qu'il n'est pas possible de continuer comme ça", a expliqué la même source à l'AFP.

Toujours instable, l'OM se retrouve donc de nouveau sans entraîneur et dans l'incertitude à un peu plus d'un mois de la reprise du championnat (7 août), même si Sampaoli s'en va plus tôt que l'un de ses mentors Marcelo Bielsa, qui avait démissionné de l'OM à la surprise générale après la première journée de championnat en 2015.

Du passage de Sampaoli, restera avant tout la folie du Stade Vélodrome lors de l'ultime journée de la saison dernière, quand la victoire de l'OM contre Strasbourg et un but de Lens face à Monaco à la dernière seconde, a propulsé l'OM en Ligue des Champions.

"L'OM est une passion. Chaque fois que je suis entré au Vélodrome, mon cœur battait à tout rompre", a écrit l'Argentin.

Longoria, qui avait choisi Sampaoli, doit donc désormais trouver son successeur. Celui-ci pourrait être connu "rapidement, dans les prochains jours", selon la même source. Le nom de l'Italien Roberto De Zerbi circule.