Le club de Marseille a été lourdement sanctionné pour avoir recruté Pape Gueye, alors que celui-ci avait donné son accord à un club anglais.

Un an d'interdiction de recrutement ! Même s'il devrait faire appel de la sanction infligée par la Fifa, l'OM a été durement secoué samedi par les conséquences de l'affaire Pape Gueye, son milieu de terrain sénégalais recruté en 2020 sur fond de contentieux avec le club anglais de Watford.

En plus de ces 12 mois de blocage sur le marché des transferts, l'OM a également reçu une amende d'"un peu plus de deux millions d'euros", selon une source ayant connaissance du dossier interrogée par l'AFP, confirmant une information de L'Equipe.

La procédure avait été ouverte en février 2021 par Watford, avec lequel Gueye s'était engagé avant de se dédire et de rejoindre le club français.

Le joueur, qui est actuellement avec le Sénégal à la Coupe d'Afrique des nations, a de son côté été suspendu quatre mois de toutes compétitions officielles, avec l'OM, comme avec sa sélection.

Il a été notifié de cette sanction il y a quelques jours et, vendredi, il n'avait pas pu jouer avec les Lions de la Teranga contre la Guinée (0-0) à la CAN.

Contacté samedi par l'AFP, l'OM a assuré qu'il comptait faire appel de cette décision prise par la Chambre de résolution des litiges de la Fifa. Egalement interrogée par l'AFP, l'instance internationale n'avait de son côté pas fait de commentaires en début d'après-midi.

Les appels présentés devant le Tribunal arbitral du sport par l'OM et par Gueye devraient porter sur le fond de la décision mais viseront aussi à obtenir un effet suspensif de la sanction.

Car pour le club provençal, en pleine reconstruction après une saison 2020-2021 chaotique et la fin houleuse de la présidence Jacques-Henri Eyraud, la sanction est lourde.

Si elle était confirmée, elle signifierait pour l'OM l'incapacité d'agir lors de deux mercatos consécutifs. Or, avec ses finances fragiles, Marseille compte sur le mercato à la fois pour renforcer son effectif et pour améliorer ses comptes.

RUPTURE UNILATERALE

Le club est d'ailleurs actuellement sous la surveillance de la DNCG, l'organe chargé de vérifier les comptes des clubs français, qui a confirmé au mois de novembre l'encadrement de sa masse salariale.

Présenté vendredi à la presse, l'attaquant congolais Cédric Bakambu n'est ainsi pas encore qualifié, les procédures d'homologation de son contrat étant retardées.

Avec cette sanction de la Fifa, l'actuel président marseillais Pablo Longoria hérite en tous cas d'un dossier embarrassant et qui date d'avant son arrivée au club, d'abord en tant que directeur sportif.

Avant de rejoindre l'OM à l'été 2020, Pape Gueye, formé au Havre, avait signé un pré-contrat avec Watford. Fin avril 2020, le club anglais avait même annoncé sa signature pour cinq ans, à partir du 1er juillet suivant.

Mais Gueye, sélectionné en équipes de France de jeunes avant d'opter en octobre 2021 pour le Sénégal, pays d'origine de ses parents, avait dans l'intervalle rompu ce contrat unilatéralement pour des vices de forme.

L'OM, alors présidé par Jacques-Henri Eyraud, avait profité de l'occasion en dépit des risques de contentieux, concrétisés quelques mois plus tard par le recours déposé en février dernier par Watford devant la Fifa.

Selon la source consultée par l'AFP, la Fifa aurait estimé que l'OM avait joué un rôle dans la rupture du contrat entre Watford et Gueye, ce que le club provençal, qui considère avoir de solides arguments pour défendre son futur appel, conteste.

Le joueur, lui, subit un important coup d'arrêt dans sa carrière. Sans être un titulaire indiscutable, il est en effet un élément important du milieu de terrain marseillais, cette saison avec Jorge Sampaoli comme auparavant avec André Villas-Boas.

Régulièrement interrogé sur le contentieux entre l'OM et Watford, il s'est toujours dit "serein" et "concentré sur le football".