De la victoire en ATP Cup en janvier à celle en Coupe Davis en décembre, l'année 2021 a été faste pour l'équipe de Russie

"L'ATP Cup était la première compétition que nous avons gagnée avec cette équipe. Mais la Coupe Davis est une compétition historique", a souligné le N.2 mondial Daniil Medvedev.

Ce Saladier d'argent complète une armoire à trophées qui s'est particulièrement garnie cette année pour le tennis russe avec l'ATP Cup, la Billie Jean King Cup (équivalent féminin de la Coupe Davis), la Coupe Davis junior, sans compter que la Russie a terminé en tête du tableau des médailles olympiques en tennis à Tokyo.

Medvedev épaulé par Andrey Rublev, 5e mondial, Aslan Karatsev, 18e et Karen Khachanov, 29e: les Russes avaient sans conteste l'équipe la plus forte sur le papier.

RTL

La joie du Russe Andrey Rublev, après sa victoire face au Croate Borna Cojo, lors du 1er simple de la finale de la Coupe Davis, le 5 décembre 2021 à Madrid / © AFP

Ils l'ont confirmé sur le terrain, notamment dimanche en finale où ils ont remporté les deux simples: Rublev a battu Borna Gojo (279e) 6-4, 7-6 (7/5) et Medvedev a battu Marin Cilic (30e) 7-6 (9/7), 6-2. Le double était sans enjeu, et n'a pas été joué... heureusement pour les Russes !

En effet, dans cette compétition en trois matches, le double, point faible de la Russie, aurait pu être décisif en cas de partage des points en simples. Et la Croatie possède la meilleure paire mondiale avec Mate Pavic et Nikola Mektic, champions olympiques et vainqueurs de Wimbledon en 2021.

"Nous sommes déçus de ne pas avoir réussi à marquer un point pour faire jouer le double !", a reconnu Cilic.

Car Rublev et Medvedev ont fait le boulot. Comme en demi-finales où le double contre les Allemands Pütz/Krawietz représentait un écueil vraisemblablement fatal, ils ont assuré la victoire avant.

RTL

Le Russe Daniil Medvedev, vainqueur du Croate Marico Cilic (7-6 (8/6), 6-2) lors du 2e simple de la finale de la Coupe Davis, le 5 décembre 2021 à Granollers (Espagne) / © AFP

Gojo, révélation de la compétition avec des victoires notamment sur Sonego (27e) et Lajovic (33e), n'a pas explosé sous les coups de boutoir de Rublev comme l'avait fait l'Allemand Dominik Koepfer en demi-finales.

Il a même très bien résisté, mais au bout du compte, il n'a pas fait mieux puisque le point de la partie est allé au Russe qui n'a pas concédé la moindre balle de break.

Restait donc à Medvedev de conclure. En 2019, la Russie avait atteint les demi-finales en ne s'appuyant que sur Rublev et Khachanov, en simples comme en doubles. Cette année, l'équipe avait dans son arsenal une arme fatale, le vainqueur du dernier US Open.

Cilic a bien opposé une résistance que le Russe n'avait encore jamais rencontrée depuis le début de la compétition, en particulier dans le premier set. Mais après la perte du tie break, le Croate a été nettement plus dominé.

A l'issue du tournoi, Medvedev aura gagné ses cinq simples sans perdre le moindre set.

"La victoire était peut-être attendue si on regarde les classements. Mais on n'avait pas eu de préparation. Et les gars avaient tous eu une longue saison, ils ont tous joué fatigués et je leur suis très reconnaissants de s'être donnés à fond jusqu'au bout", a commenté le capitaine Shamil Tarpischev qui a débuté sur le banc de la Russie en 1974 lorsqu'il s'agissait de l'équipe soviétique.

RTL

La joie des Russes Evgeny Donskoy, Andrey Rublev, Daniil Medvedev, Karen Khachanov, Aslan Karatsev et du capitaine Shamil Tarpischev, après avoir remporté la finale de la Coupe Davis face à la Croatie (2-0), le 5 décembre 2021 à Granollers (Espagne) / © AFP

"Je dois dire que depuis que je suis capitaine, c'est vraisemblablement le groupe le plus soudé et je les remercie énormément", a ajouté l'ancien conseiller de Boris Eltsine qui, à 73 ans, devient le cinquième capitaine à avoir gagné au moins trois Coupes Davis, après l'Australien Neale Fraser, le Croate Niki Pilic qui a gagné avec l'Allemagne, la Croatie et la Serbie, le Français Yannick Noah et le Suédois Hans Olsson.

Pas de drapeau national, mais une équipe appelée Fédération russe de tennis, le concerto pour piano de Tchaïkovsky en guise d'hymne en raison des sanctions liées au dopage dans le sport russe mais, comme en 2002 et 2006, c'est bien à Moscou que partira le Saladier d'argent.