En 2014, le Brésil affrontait la Colombie en quart de finale de la Coupe du Monde, chez lui, dans son pays.

Neymar, dans la forme de sa vie, va y vivre un cauchemar. Dans un contact avec Zuniga, Neymar va se blesser sérieusement au dos. Touché sévèrement, il ne pourra plus se relever et devra mettre un terme à son tournoi.

Interrogé par DAZN, Neymar a révélé avoir frôlé le drame lors de cet incident. "Ça a été l’un des pires moments de ma carrière. Ça a détruit mon rêve de continuer à jouer la Coupe du monde. Quand j’ai ressenti cette douleur au dos, je me souviens que Marcelo a voulu m’aider à me relever, mais j’avais vraiment mal. Ensuite j’ai essayé de bouger mes jambes, mais je n’ai pas pu. Je n’avais pas la force pour me relever. Je leur ai dit: 'Je ne peux pas, je ne peux pas, je ne sens plus rien'", a-t-il expliqué.

RTL

Il se souvient très bien des images et des propos des médecins. "Je me rappelle que mes jambes étaient pliées, et que le docteur essayait de les redresser et de les tenir droites. J’étais choqué, décrit le joueur. Je ne pouvais pas bouger mes pieds. Alors j’ai commencé à pleurer de désespoir. Ils m’ont emmené à l’hôpital, m’ont fait passer des examens, et le docteur m’a dit: 'J’ai deux nouvelles, une bonne et une mauvaise.' Je lui ai demandé de me donner la mauvaise d’abord. Il a répondu: 'La mauvaise, c’est que ta Coupe du monde est terminée.' J’ai éclaté en sanglots, en lui disant: 'Et la bonne ?' Il a dit: 'A deux centimètres près, tu ne marcherais plus'. J’ai pleuré, j’étais triste de quitter le Mondial, triste d’être blessé", a raconté l'icône brésilienne.

Il explique ensuite avoir été accueilli par ses coéquipiers à l'aéroport. "Je suis arrivé à l’aéroport, ils m’ont mis sur un chariot parce que j’étais toujours couché sur un brancard. Tous les autres joueurs étaient là, avec les yeux rouges, comme s’ils avaient pleuré. Mon père aussi était là. Je n’arrivais pas à parler, j’ai juste pleuré. C’était un vrai moment de tristesse pour moi".

Le Brésil va ensuite subir l'une des pires déconvenues de son histoire, en s'inclinant 7-1 contre l'Allemagne.