Novak Djokovic a franchi sa troisième marche devant le mener à un Grand Chelem calendaire historique.

Il a néanmoins dû s'employer pour atteindre les 8e de finale de l'US Open que ne verra pas la N.1 mondiale féminine Ashleigh Barty, tombée de haut samedi.

Au moins "Nole" a-t-il tenu son rang plus tôt sur le Arthur Ashe. Mais comme au premier tour, face au Danois de 18 ans Holger Rune, il a encore lâché un set contre le Japonais Kei Nishikori.

"Je n'ai pas bien démarré la rencontre, j'ai été trop passif. Il a fallu trouver le bon tempo, et ça m'a pris du temps pour m'ajuster. Mais j'ai su me concentrer comme il le fallait", a-t-il commenté après sa victoire 6-7 (4/7), 6-3, 6-3, 6-2.

"J'ai été très satisfait de cela. Peut-être qu'à certains moments, je n'étais pas à mon meilleur, mais j'étais déterminé et concentré et cela a fait la différence", a-t-il ajouté.

RTL

Novak Djokovic vainqueur du Japonais Kei Nishikori au 3e tour de l'US Open, le 4 septembre 2021 à Flushing Meadows / © AFP

Une lucide analyse de sa performance, qui démontre qu'il n'est évidemment pas hermétique à la pression s'intensifiant sur ses épaules, à mesure qu'il se rapproche d'un Grand Chelem sur l'année. Une performance qui n'a plus été accomplie chez les messieurs depuis Rod Laver en 1969, et qui de surcroît porterait à 21 le record de Majeurs décrochés.

Manifestement pas dans son assiette à l'entame, il s'est néanmoins ressaisi, se montrant solide quand il le fallait, notamment pour effacer quelques balles de débreak du Japonais, qui pouvait nourrir quelques regrets après la perte du deuxième set.

RTL

Le soulagement de Matteo Berrettini après sa victoire sur le Bélarusse Ilya Ivashka à l'US Open, le 4 septembre 2021 / © GETTY IMAGES NORTH AMERICA/AFP

Enchaînant les montagnes russes, "Nole" a, plus souvent que d'habitude, cherché l'appui du public, modéré en retour. Et lors du gain de la troisième manche, il a lâché un long cri, autant de rage que de soulagement, preuve supplémentaire que ce match n'était pas simple. Le Serbe a été un peu plus tranquille au 4e set, infligeant à Nishikori sa 17e défaite d'affilée face à lui (18-2 au bilan total). Sa quatrième marche vers l'exploit aura lieu lundi face à l'Américain âgé de 20 ans Jenson Brooksby (99e). Largement abordable.

L'Allemand Alexander Zverev (4e), son principal adversaire sur la route vers la finale, a lui aussi concédé un set, mais il a fini par prendre la mesure de l'Américain Jack Sock (184e) qui a abandonné au 4e set, blessé à la cuisse droite.

Finaliste l'an passé, il s'est imposé 3-6, 6-2, 6-3, 2-1 et affrontera l'Italien Jannik Sinner (16e) qui a failli être victime d'une "remontada" du Français Gaël Monfils (20e), mais a su s'en sortir finalement 7-6 (7/1), 6-2, 4-6, 4-6, 6-4.

RTL

L'Australienne Ashleigh Barty quitte le court après sa défaite contre l'Américaine Shelby Rogers à l'US Open de New York, le 4 septembre 2021 / © GETTY IMAGES NORTH AMERICA/AFP

Son compatriote Matteo Berrettini (8e) a été laborieux pour avancer aux dépens du Bélarusse Ilya Ivashka 6-7 (5/7), 6-2, 6-4, 2-6, 6-3. Il sera opposé ensuite au surprenant Allemand Oscar Otte (144e), sorti des qualifications.

DAMES

Chez les dames, au lendemain de l'élimination surprise de la tenante du titre Naomi Osaka, par la jeune Canadienne de 18 ans Leylah Fernandez, celle d'Ashleigh Barty a été tout aussi inattendue face à Shelby Rogers (43e), qu'elle avait battue lors de leurs cinq premières confrontations. "Personne ne me bat 17 fois d'affilée!", s'est exclamée hilare l'Américaine, en citant la fameuse phrase prononcée en 1979 par l'Américain Vitas Gerulaitis, qui venait d'enfin vaincre son compatriote Jimmy Connors, en demi-finale des Masters, après 16 défaites consécutives.

RTL

L'Américaine Shelby Rogers après sa victoire contre l'Australienne Ashleigh Barty à l'US Open de New York, le 4 septembre 2021 / © GETTY IMAGES NORTH AMERICA/AFP

Victorieuse 6-2, 1-6, 7-6 (7/5), Rogers affrontera la Britannique Emma Raducanu (150e) issue des qualifications. Barty peut ruminer sa défaite, elle qui menait 5-2 dans la troisième manche, avant de s'effondrer. Ses coups droits qui avaient retrouvé la mire au deuxième set, après un premier en combustion lente, l'ont de nouveau trahie (39 fautes directes) jusque dans le jeu décisif.

L'Australienne, lauréate à Wimbledon en juillet, manque ainsi l'occasion d'enchaîner une deuxième victoire majeure consécutive, alors qu'un boulevard s'était ouvert devant elle.

RTL

La Canadienne Bianca Andreescu savoure sa victoire sur la Belge Greet Minnen à l'US Open, le 4 septembre 2021 / © AFP

Et le tableau féminin de s'en trouver plus ouvert que jamais pour Bianca Andreescu (7e), lauréate en 2019, qui a balayé la Belge Greet Minnen 6-1, 6-2. Elle sera opposée à la Grecque Maria Sakkari (18e) victorieuse de la Tchèque Petra Kvitova (11e), 6-4, 6-3. Belinda Bencic (12e), championne olympique à Tokyo, et la Polonaise Iga Swiatek (8e) s'affronteront aussi lundi.