"Je ne pense pas avoir de raison de m'excuser", a estimé Lewis Hamilton (Mercedes), vainqueur du Grand Prix de Grande-Bretagne.

Q: Que s'est-il passé lors de l'accident ?

R: "Je l'ai doublé, je me suis placé à droite et j'étais assez loin à sa hauteur, mais j'ai ensuite pu voir qu'il n'allait pas se replier, nous sommes entrés dans le virage et nous sommes entrés en collision. Bien sûr, ce n'est jamais de cette façon que je veux gagner une course mais ces choses-là arrivent. Quand quelqu'un est trop agressif, ces choses-là arrivent forcément. J'espère simplement qu'il va bien et j'ai hâte de participer à de nombreuses autres courses contre lui."

Q: Selon le patron de l'écurie Red Bull Christian Horner, cet incident gâche votre victoire. Êtes-vous d'accord?

R: "Honnêtement non. Je n'ai rien à dire à Christian, si ce n'est que la victoire n'est pas vaine. Je n'ai pas vraiment vu les images, j'en ai vu un extrait rapide quand je suis retourné au garage, mais je vais avoir le temps de le faire et d'y réfléchir. Mais de mon point de vue pour l'instant, je ne pense pas avoir de raison de m'excuser pour quoi que ce soit. J'ai entendu que Max était à l'hôpital et cela m'inquiète clairement. Personne parmi nous ne veut que l'un d'entre nous se blesse un jour, ça n'a jamais été mon intention évidemment. Donc j'espère vraiment qu'il va bien. Je l'appellerai après. Il est important pour nous tous de prendre du recul car les émotions sont fortes."

Q: A 36 ans et sept sacres mondiaux, vous avez l'expérience de votre côté contre votre rival de 23 ans. Est-ce primordial pour la course au titre ?

R: "Quand j'étais plus jeune, j'étais probablement aussi agressif - peut-être pas autant que Max, mais assez agressif tout de même. Je suis beaucoup plus âgé maintenant et je sais que le championnat est un marathon, pas un sprint, donc j'ai une meilleure vision de la façon dont j'aborde ma course. Mais c'est une vraie bataille et je pense que cette année, il a été très agressif et, la plupart du temps, j'ai dû céder et éviter les incidents avec lui pour rester en vie et me battre plus tard dans la course. Comme vous l'avez vu hier (dans la course sprint qualificative, NDLR), une fois qu'il est en tête, il est trop rapide, donc quand une opportunité se présente, je dois la saisir - c'est ce que nous faisons, nous faisons la course."