Près de 50 ans après Gerd "Bomber" Müller, Robert Lewandowski a établi samedi avec 41 buts marqués en une seule saison un nouveau record en Bundesliga.

Un championnat à nouveau dominé par le Bayern Munich cette année.

Le record de l'international polonais est d'autant plus extraordinaire qu'il a manqué plusieurs matches pour blessure et n'a participé qu'à 29 rencontres de championnat, alors que Gerd Müller avait joué l'intégralité des 34 matches de la saison 1971-1972.

Les Bavarois, faciles vainqueurs d'Augsbourg 5 à 2, déjà sacrés depuis deux semaines, le suspense de cette 34e et dernière journée concernait la dernière place qualificative pour l'Europe et les relégations.

En décrochant une surprenante 7e place, le deuxième club de Berlin, l'Union, s'est qualifié pour les barrages de la Ligue Europa Conférence.

Plus bas au classement, deux clubs mythiques de Bundesliga, Brême et Schalke, descendent en deuxième division. Cologne jouera les barrages contre le troisième de deuxième division pour sauver sa peau.

Leipzig, Wolfsburg et Dortmund accompagneront le Bayern en C1, alors que l'Eintracht Francfort et Leverkusen joueront en Ligue Europa.

RTL

L'attaquant polonais du Bayern, Robert Lewandowski, brandit le trophée de meilleur buteur de Bundesliga après le match contre Augsburg, à Munich, le 22 mai 2021 / © POOL/AFP

Les records sont faits pour être battus mais certains paraissent plus inatteignables que d'autres... sauf pour Robert Lewandowski qui, à bientôt 33 ans, est au sommet de sa forme. Il aura laissé le suspense entier jusqu'à la dernière minute: en renard des surfaces, il a profité d'une frappe lointaine de Sané repoussée par le gardien adverse pour glisser le ballon au fond.

"J'ai l'impression d'être dans un film de science-fiction. Je reste sans voix", a expliqué le Polonais après la rencontre, précisant "partager (son) record avec l'équipe".

Avec 41 buts marqués cette saison, le meilleur joueur Fifa-2020 devrait aussi remporter le "Soulier d'or européen" récompensant le meilleur buteur d'Europe tous championnats confondus, devançant pour le moment Messi (30 buts) et Ronaldo (29).

"The Body", surnom donné au Polonais par ses coéquipiers pour son corps d'athlète, aura une fois de plus été le grand artisan du 31e titre des bavarois, le 9e d'affilée, même si le bilan du club paraît cette année mitigé.

RTL

L'attaquant polonais Robert Lewandowski marque le 5e but pour le Bayern lors du match de Bundesliga contre Augsbourg, à Munich, le 22 mai 2021 / © POOL/AFP

RENOUVEAU AU BAYERN

Si officiellement le club érige la Bundesliga comme priorité, il s'agit pour lui du minimum pour réaliser une saison "correcte". L'élimination précoce en Coupe d'Allemagne contre une D4 mais surtout en quarts de C1 face au Paris Saint-Germain, reste encore en travers de la gorge de cette "machine à gagner des titres". L'élimination européenne a doublement un goût amer pour le Bayern, privé à l'aller comme au retour de son arme fatale... Lewandowski, blessé.

Sans douche traditionnelle de bière, les Bavarois ont tout de même reçu samedi leur trophée national, la "Schale", qu'ils ont pu exhiber devant 250 spectateurs, une première depuis plus d'un an en raison de la pandémie.

Le club, qui arborera une 5e étoile sur son maillot l'an prochain, entre cependant dans une nouvelle ère avec le départ de plusieurs cadres.

Héros des triplés C1-Coupe-Championnat de 2013 puis 2020, Alaba (pressenti au Real), Boateng et Martinez vont quitter le club libres. Ils ont été longuement célébrés par les quelques spectateurs et le staff du club.

Soucieux de préserver ses finances, plombées par la crise sanitaire, le Bayern n'effectuera pas de transferts mirobolants cet été après avoir déjà signé pour quelque 65 millions d'euros l'espoir Français Dayot Upamecano et l'entraîneur prodige de Leipzig, Julian Nagelsmann.

Ce dernier remplacera Hansi Flick, attendu à la tête de la sélection allemande après l'Euro. Il s'est dit "extrêmement fier de la façon dont (sa) période sur le banc du Bayern s'est déroulée. Nous avons vécu des moments intenses et fous".

Tout en bas du classement, c'est un autre pan de l'histoire du football allemand qui, lui, s'effrite: outre le monument Schalke, après 30 ans dans l'élite et condamné depuis plusieurs semaines, Brême va l'accompagner en deuxième division.

Le club hanséatique, pilier du football allemand depuis des décennies, vainqueur du doublé coupe-championnat en 2004, n'avait plus connu la relégation depuis... 41 ans.

Cologne, barragiste, jouera sa tête lors d'un match aller-retour contre le troisième de D2 (mercredi et samedi), Greuther Fürth ou Heidenheim.