Battu à l'aller (2-1), le PSG a laissé à Manchester City le statut de favori avant une demi-finale retour de Ligue des champions sans filet mardi.

Chez lui, mercredi dernier, le club de la capitale a mis un genou à terre, sonné par les buts en seconde période de Kevin De Bruyne et Riyad Mahrez, comme deux uppercuts qui l'ont rapproché du K.-O. et d'une éviction cruelle, aux portes de la finale d'Istanbul le 29 mai.

Six jours plus tard, il n'a pas retrouvé tous ses moyens: incertain, son buteur Kylian Mbappé a mal au mollet droit, et le milieu Idrissa Gueye est suspendu, après le carton rouge reçu au Parc des Princes.

Mais dans la tête, les Parisiens assurent avoir tiré un trait sur cet échec que la presse a interprété comme un nouvel exemple du mental défaillant d'une équipe qui a perdu quasiment tous ses gros matches à domicile cette saison.

"On louait notre état d'esprit après les qualifications contre le Barça ou le Bayern. La mentalité, on l'a ou on ne l'a pas", a balayé Mauricio Pochettino.

Dès la rencontre terminée, l'entraîneur argentin s'est mis au chevet de ses joueurs, blessés dans leur orgueil, alors que le triomphe au tour précédent face au Bayern Munich, tenant du titre, avait nourri leurs rêves de sacre.

RTL

Le Brésilien Neymar face à quatre joueurs de City le 28 avril 2021 au Parc des Princes à Paris. / © AFP

Les deux buts encaissés ? "Des accidents", a soutenu le technicien, qui a vu la "meilleure" première période du PSG depuis son arrivée en janvier.

LE DEVOIR "D'Y CROIRE"

L'optimisme d'airain de "Poche" a été renforcé par le succès contre Lens (2-1), samedi en Ligue 1. Neymar a prolongé son discours sur le terrain, avec un but et une passe décisive qui traduisent son envie de revanche.

"Nous devons y croire, peu importe ce que disent les statistiques ou notre pourcentage de chance de gagner", a lancé le Brésilien, à PSG TV.

Seulement 7%: voilà la probabilité de voir une équipe se qualifier après avoir perdu à domicile la première manche 2-1, selon le statisticien Opta, et cela ne laisse qu'un maigre signe de vie aux Parisiens.

Mais depuis la finale perdue contre le Bayern (1-0) en août dernier, Paris s'est accroché à ses rêves de sacre, malgré des situations compliquées.

RTL

Leandro Paredes, Neymar, Marquinhos, Marco Verratti et Angel Di Maria après le but de Marquinhos en demi-finale aller de la Ligue des champions contre Manchester City au Parc des Princes à Paris le 28 avril 2021. / © AFP

La victoire à Old Trafford contre Manchester United (3-1) alors que le PSG risquait l'élimination en cas de revers, l'exploit au Camp Nou face au FC Barcelone (4-1, 8e aller) sans Neymar ni Angel Di Maria, ou celui à l'Allianz Arena chez des Munichois ultra dominateurs (3-2, quart aller) ont tissé la légende d'une équipe qui plie mais ne rompt jamais en Coupe d'Europe.

LA SAISON "SPÉCIALE" DE CITY

"Il faudra 11 guerriers sur le terrain, a soutenu le milieu Marco Verratti. Il y aura des moments où on va souffrir, d'autres où ce sera mieux. Chaque minute, chaque détail va compter."

Les incertitudes autour de Mbappé, mis de côté contre Lens, met à mal le mythe du roseau parisien, qui aura besoin de marquer au moins deux buts.

RTL

L'attaquant Ghanéen Jordan Ayew de Crystal palace (à gauche) lutte contre l'attaquant brésilien de Manchester City Gabriel Jesus au Selhurst Park à Londres le 1er mai 2021. / © POOL/AFP

"Il faudra aussi être clinique et agressif quand on aura une opportunité", a insisté Pochettino.

En plus du réalisme offensif, la possession, qu'apprécie beaucoup City, sera une autre clé pour des Parisiens qui ont failli physiquement en seconde période à l'aller.

Une élimination pourrait faire basculer à l'envers le bilan du PSG, qui n'a déjà plus son destin en main en Ligue 1, où Lille le devance à trois journées du terme.

En face, Manchester City partage le sentiment de vivre une saison unique. "Tout le monde sait que nous vivons quelque chose de spécial", a reconnu l'entraîneur Pep Guardiola.

Vainqueurs de la Coupe de la Ligue, les "Sky Blues", vainqueurs de 32 de leurs 35 derniers matches, auraient pu être champions d'Angleterre dès dimanche, sans le report de la rencontre entre Manchester United et Liverpool.

Les "Citizens" ont fait le job de leur côté, en s'imposant face à Crystal Palace (2-0), sans De Bruyne ni Mahrez, laissés au repos. Désormais dans leur viseur, la première finale de C1 de l'histoire du club, propriété depuis 2008 des Emirats arabes unis.

"Peut-être que demain (mardi) nous jouerons un mauvais match et serons éliminés. Mais peut-être serons-nous très bons, et c'est plutôt mon feeling...", a lancé Guardiola.