La joueuse de tennis britannique Francesca "Fran" Jones, née avec quatre doigts à chaque main, s'est qualifiée pour son premier tournoi du Grand Chelem.

Fran Jones, 20 ans et touchée par une anomalie du développement embryonnaire faisant qu'elle n'a que 8 doigts et 7 orteils, a balayé la Chinoise Lu Jia-jing 6-0, 6-1.

"Mon syndrome est très rare. C'est compliqué parce qu'il y a de nombreux symptômes. Les miens sont que j'ai trois orteils au pied droit, quatre au gauche, quatre doigts à chaque main", racontait la joueuse britannique, dans une vidéo publiée par la Fédération internationale (ITF) cette semaine.

"Les médecins m'ont dit que je ne pourrais pas jouer au tennis. Et ma réaction a été "puisque vous avez dit ça, je vais vous prouver que vous avez tort"."

Avec son succès contre Lu, plus expérimentée (31 ans) et mieux classée (N.200), voilà la native de Leeds (N.241) qualifiée pour son premier Majeur, l'Open d'Australie, qui commence le 8 février.

Après avoir éliminé la Roumaine Monica Niculescu (144e à la WTA mais ex-top 30) au 1er tour des qualifications pour l'Open d'Australie, délocalisées à Dubaï pour raisons sanitaires, la Britannique avait écarté la Croate Jana Fett (209e).

Jusqu'ici, Fran Jones, qui a l'ambition de "devenir un grand nom du sport", avait échoué deux fois au 1er tour des qualifications de Wimbledon en 2018 et 2019.

La pathologie génétique dont elle est atteinte, le syndrome d'ectrodactylie-dysplasie ectodermique-fente labiopalatine (syndrome EEC), lui pose notamment "un gros problème d'équilibre". "Quand on a moins d'orteils, il est plus difficile de mettre du poids sur les pieds", détaille-t-elle, ce qui entraîne un risque accru de blessures.