En raison de la pandémie de Covid-19, les organisateurs des JO de Tokyo ont confirmé vendredi ne pas prévoir de festivités le 23 juillet, à un an de la nouvelle date de l'ouverture des Jeux reportés à 2021.

"Tokyo 2020 ne va pas organiser des événements" ce jour là, mais "envisage des pistes pour montrer sa solidarité avec les gens", selon une déclaration des organisateurs transmise à l'AFP.

Selon les médias nippons, les organisateurs ont aussi pris cette décision pour éviter tout risque d'infections.

Les organisateurs réfléchissent par ailleurs à des moyens de réduire la voilure des JO, dont les coûts déjà importants enflent encore avec ce report historique, avait déclaré jeudi la gouverneure de Tokyo Yuriko Koike.

La cérémonie d'ouverture et le nombre de spectateurs pourraient notamment être réduits, selon les médias nippons.

Et tous les acteurs de l'événement (athlètes, responsables officiels et spectateurs) pourraient être obligés de passer au préalable un test de détection du coronavirus, selon le Yomiuri Shimbun.

La tenue même des JO de Tokyo est toujours incertaine, mais une décision finale ne devrait pas être prise avant mars prochain, a estimé vendredi Toshiaki Endo, un membre du comité exécutif d'organisation, selon des propos rapportés vendredi par les médias locaux.

Le patron du CIO Thomas Bach avait déclaré le mois dernier que 2021 serait la "dernière option" pour organiser ces Jeux à Tokyo, soulignant qu'ils ne pouvaient être reportés une fois de plus.

M. Bach avait refusé de dire si l'existence d'un vaccin d'ici là serait une condition pour la tenue des JO, mais il s'était montré peu enthousiaste à l'idée de les organiser à huis clos.

Le Premier ministre japonais Shinzo Abe a lui jugé "difficile" d'organiser les Jeux tant que la pandémie ne serait pas jugulée.