Parmi les plaisirs de l’hiver figure le ski. Fond, alpin ou de rando, skier c’est excellent pour la santé. Et c’est comme le vélo: on se remet rapidement en piste. Mais attention aux bobos. Pour éviter les blessures, préparez-vous.

L’hiver approche, les joies du ski, si la météo le permet, aussi. Vous rêvez de profiter de la poudreuse ? Excellente idée, mais ne vous lancez pas sans entraînement. Quentin Trimbur, coach sportif depuis trois ans, vous délivre quelques conseils.

Se préparer pour être à l’aise

Le ski fait partie des plaisirs saisonniers. On le pratique une fois par an, à raison d’une semaine. «En profiter c’est bien mais attention aux courbatures et aux douleurs le troisième jour si vous n’êtes pas entraîné voire sédentaire au quotidien. On peut se faire très mal» et gâcher ses vacances, ce serait dommage.

Anticiper deux mois à l’avance

«On pense souvent à tort que skier n’est pas physique, surtout le mode alpin puisqu’on emprunte tire-fesses, télésièges puis qu’on se laisse glisser. Erreur. Il est indispensable de travailler son cardio pour faire face à l’altitude, surtout dans les Alpes, et aux problèmes respiratoires.»

Courir, marcher, faire du vélo sont vivement recommandés. «Mais je conseille de travailler son endurance et son car-dio à l’année ou au minimum deux mois avant le départ.»

Le secret ? La PPG

Pour éviter les bobos, voire les déchirures ou les claquages, optez pour la PPG, comprendre par-là la préparation physique générale. «Il s’agit de renforcement musculaire. On travaille sur l’ensemble du corps: bras, épaules, hanches, mollets, chevilles, abdos et surtout les genoux. C’est le point faible du skieur novice.»

Aie, les genoux

La position du skieur n’est pas naturelle. Ce sont les jambes mais surtout les genoux qui trinquent le plus dans cette discipline. «Il est indispensable de muscler ses cuisses, de faire des squats, du gainage aussi. Et pour préparer chevilles et genoux, on peut sauter voire s’entrainer sur un coussin d’instabilité.»

Vérifiez votre matériel

Pour éviter en cas de chutes les ruptures de ligaments dues à des skis qui ne se déchausseraient pas, faites vérifier votre matériel ou choisissez des skis adaptés à votre niveau, poids et taille, en vous rapprochant d’un professionnel. «Ce serait dommage de se retrouver bloquer durant six mois à la suite d’un accident de ski. Malheureusement, c’est très courant.»

Se lancer, oui, mais progressivement

Le premier jour, sur les pistes, l’impatience est palpable. «Mais évitez les pistes noires. Allez-y en douceur, pour ga-gner en confiance et surtout retrouvez vos repères.»

Le ski de fond encore plus sollicitant

Si vous aimez le ski de fond ou celui de rando, redoublez de prudence. «C’est ultra physique. L’entraînement doit être encore plus ciblé. Cardio, musculature, renforcement… si on ne fait pas de sport à l’année, passez votre chemin !»

Gardez un œil sur la météo

Les conditions climatiques ne sont pas à négliger. Même si vous rêvez d’enchaîner les pistes vertes, bleues, rouges voire noires, ne vous aventurez pas en cas de tempête et surtout ne skiez pas seul.  Pensez à prendre avec vous de l’eau, mais aussi quelque chose à manger et n’oubliez pas votre téléphone. Mieux encore, lorsque vous achetez votre forfait de remontées, ne lésinez pas sur une assurance, c’est plus prudent. Et ultime conseil: le hors-piste, on évite.

Skier près de chez vous c'est possible

Deux sites au Luxembourg: le saviez-vous ? Skier au Luxembourg, c’est possible, du moins lorsqu’il y a suffisamment de neige.

  • Quatre kilomètres de piste s’offrent à vous à Weiswampach. Les tracés sont réservés au ski de fond. Les départs se font près de l’administration communale et il est possible de louer du matériel dans le bâtiment scolaire et sportif de l’autre côté de la rue.
  • A Perlé, un «complexe» propose quatre pistes dont une noire de 18 km, une piste rouge de 5 km et une verte de 2 km. Les parcours sont éga-lement dédiés au ski de fond. Pour aller skier ou snowboarder, il vous faudra sortir du Luxem-bourg, vous dirigez vers les Vosges, voire le Jura ou les Alpes.

Une piste accessible à l’année à la frontière: le Snowhall d’Amnéville, entre Metz et Thionville, en France, reste une des options privilégiées pour tous ceux qui cherchent à s’échapper l’espace d’une journée, voire à se préparer avant le grand départ. La salle offre 630 mètres de piste qui ont l’avantage d’être «enneigés» toute l’année.

Cet article vous a plu? N'hésitez pas à aller faire un tour sur le site web de Letz be healthy, votre magazine santé au Luxembourg.