Une curieuse exposition d’art se déroule actuellement sur les rives de la Tamise à Londres: invisibles à l’œil nu, les sculptures exposées ne peuvent être vues qu’en réalité augmentée.

Pour commencer à profiter de cette exposition, il faut scanner un code QR collé sur plusieurs bouées de sauvetage rouges avec un téléphone ou une tablette, et des sculptures numériques géantes et colorées, dont certaines planent au-dessus de la rivière, prennent vie à l'écran.

Avec la fermeture des musées dans tout le Royaume-Uni en raison des restrictions liées au coronavirus, l'exposition, intitulée "Unreal City", offre un moyen sûr et "dématérialisé" de profiter de l'art dans la sphère publique, explique le conservateur de l'exposition, Daniel Birnbaum.

Réparties le long d'un parcours à pied composé de 24 sites entre Waterloo Bridge et Millennium Bridge sur la rive sud de Londres, les 36 sculptures ont été créées par des artistes de renommée mondiale, comme Nina Chanel Abney, Olafur Eliasson, Cao Fei, Alicja Kwade, Koo Jeong A, Marco Brambilla, Darren Bader, KAWS, Bjarne Melgaard et Tomas Saraceno.

L'exposition "Unreal City" a été créée par la plate-forme d'art Acute Art, qui se spécialise en réalité augmentée et virtuelle, en collaboration avec le média culturel britannique Dazed Media. Elle se tient au moins jusqu'au 5 janvier.