Ces voyageurs ont tellement souffert de la limitation de déplacement que l'aéroport de Taipei a décidé de leur offrir de faux embarquements dans des avions qui ne décollent pas.

Il y a ceux à qui le confinement a fait du bien, et il y a ceux qui ont des fourmis dans les jambes... ou plutôt dans les ailes. Il semblerait qu'à Taïwan, de nombreuses personnes souffrent d'un mal qu'on pourrait qualifier de blues de l’immobilisation au sol. Et pour venir en aide aux victimes de ce nouveau syndrome — des voyageurs en mal de déplacement vers l’étranger —, l’aéroport de Taipei-Songshan a eu une idée originale: organiser de "vrais-faux vols", avec enregistrement et embarquement, pour quelques minutes seulement, l’avion n’allant nulle part.

Taïwan étant privée de vols internationaux réguliers depuis la pandémie de Covid-19, la direction du deuxième aéroport de la capitale a concocté cette opération peu ordinaire: trois vols sans destination mais avec une expérience complète jusqu’au pseudo décollage. Une loterie organisée sur les réseaux sociaux a convaincu 7000 candidats, 180 ayant finalement été tirés au sort (60 par "vol", qui dure au total une demi-journée).

Taipei-Songshan fête cette année son 70e anniversaire et de nouvelles installations, et a pu s'appuyer sur la compagnie aérienne China Airlines, qui a prêté un Airbus A330 pour l’opération organisée sur deux jours début juillet. Les "passagers" ont reçu itinéraire et carte d’embarquement, puis ont passé les contrôles de sécurité et d’immigration.

Enfin ils ont embarqué à bord de l’avion où les attendaient hôtesses de l’air et stewards de la compagnie nationale taïwanaise. Mais ils ne sont restés que quelques minutes sur leur siège, avant de redescendre et d'avoir droit à un repas servi dans un restaurant de l’aéroport, une visite du terminal et un passage par les boutiques hors-taxes.

Aéroport de Taipei-Sonsghan, les avions restent au sol / © Sam Yeh / AFP

Nettement plus petit que Taipei-Taoyuan, l’aéroport Songshan accueille principalement des vols intérieurs opérés par Uni Air, ainsi que des liaisons de China Airlines et EVA Air et les vols d’une dizaine de compagnies étrangères en provenance de seulement trois pays: la Chine, la Corée du Sud et le Japon.

Le nombre de passagers aériens a chuté de 64% à Taïwan en 2020 sur la période couvrant les cinq premiers mois de l'année.