Une cité stigmatisée de la capitale portugaise est devenue la plus grande galerie d'art à ciel ouvert d'Europe.

Monumentale, l'image d'une femme noire retirant son masque de femme blanche figure parmi la centaine de fresques qui recouvrent les immeubles d'un quartier défavorisé de la banlieue nord de Lisbonne, transfiguré par le street art.

L'œuvre signée Nomen, un artiste d'origine angolaise, est sans doute "la plus importante pour les habitants de la cité de la "Quinta do Mocho, car elle résume notre histoire", confie Emanuela Kalemba pendant une visite guidée de l'art bigarré ornant son quartier.

"Elle symbolise le masque social que les habitants du quartier doivent porter à l'extérieur. Pour postuler à un travail, pour entrer dans une école, nous devons souvent donner de fausses adresses pour ne pas dire que nous venons d'ici", poursuit la guide d'une trentaine d'années à un groupe de quelque 50 visiteurs, parmi lesquels de nombreux retraités.

Coincé entre l'aéroport de Lisbonne, un lotissement moderne et une zone industrielle, l'ensemble de bâtiments de trois étages a été construit au tournant des années 2000 par la commune de Loures pour loger quelque 3.000 habitants, originaires pour la plupart des anciennes colonies portugaises en Afrique.

Avec ses nombreux chômeurs et ses problèmes de délinquance, le quartier était stigmatisé comme une "no-go zone". Il n'était pas desservi par les transports en commun et les chauffeurs de taxi refusaient d'y pénétrer.

CHANGEMENT EN 2014

Pour amorcer un début de changement, la commune a invité en 2014 plusieurs artistes portugais et étrangers à intervenir dans le quartier, qui se présente aujourd'hui comme "la plus grande galerie d'art public à ciel ouvert d'Europe".

Une colombe de la paix aux couleurs de l'arc-en-ciel, un portrait d'une femme africaine au turban multicolore, un énorme portrait monochrome du chanteur Bob Marley... ces fresques réalisées par des artistes portugais mais venus aussi d'Uruguay, du Pérou ou d'Israël, attirent aujourd'hui des centaines de visiteurs.

"Les artistes ont réussi à transformer ce quartier dégradé et plutôt triste en un véritable musée d'art urbain à ciel ouvert. Le résultat est spectaculaire!", commente Celso Rodrigues, un retraité découvrant la cité, sous la pluie, lors d'une visite guidée.

"Ce n'est pas en recouvrant les murs de peinture que nous réglerons tous les problèmes", reconnaît Emanuela Kalemba. Mais ce projet a le mérite d'avoir "contribuer à changer les mentalités" en redonnant "un peu d'estime de soi aux habitants" et en "montrant à l'extérieur que le quartier a changé", souligne la guide.

D'après les autorités locales, cette transformation s'est traduite par l'ouverture d'une ligne de bus, la multiplication d’événements culturels et même la réduction du taux de criminalité.