Après un mois de juillet brûlant, et un début août éprouvant ou les vagues de chaleur se succèdent cet été meurtrier pourrait bien battre de nombreux records de chaleur et de sécheresse, au Luxembourg en Europe et dans le monde.

Le réchauffement climatique n'est plus un risque lointain mais une réalité dont on peut constater les effets chaque jour. Dans son dernier rapport sur l’état du climat mondial, l'Organisation Météorologique Mondiale confirme que les sept dernières années ont été les plus chaudes jamais enregistrées.

Et il n'y a aucune raison que 2022 échappe à la règle. Au contraire elle pourrait même devenir l'année la plus chaude jamais enregistrée. À la fin de l'année, la planète aura donc connu, en huit ans, ses huit années les plus chaudes jamais enregistrées. Les différentes vagues de chaleur ont fait tomber les records les uns après les autres en Europe. Comme au Royaume-Uni, où le mercure a atteint un niveau jamais enregistré de 40,3°C à Coningsby, un village du nord-est de l'Angleterre, selon l'agence météo Met Office.

En Ecosse, le record absolu a également été battu avec 34,8°C, tandis qu'en France, plus de 60 records de chaleur ont été enregistrés localement en juillet.

L'Espagne déplorait en juillet plus de 1.000 morts liés à la vague de chaleur.
"L'urgence climatique est une réalité" et "le changement climatique tue", a martelé le Premier ministre espagnol Pedro Sanchez

Même le Danemark a enregistré sa plus haute température pour un mois de juillet avec 35,6 degrés.

DES RECORDS TOMBENT AU LUXEMBOURG

Avec 377 heures d’ensoleillement, le mois de juillet 2022 est le mois de juillet le plus ensoleillé jamais observé à la station météorologique de Findel au Luxembourg depuis le début des enregistrements en 1947.

Avec une température moyenne mensuelle de 20.6 °C, le mois de juillet 2022 se situe 1.9 °C au-dessus de la normale climatique 1991-2020 et se classe au 6ème rang des mois de juillet les plus chauds jamais observés au Grand-Duché.

RTL

© Shutterstock

Une chaleur qui s'accompagne d'un manque criant de pluie. Avec un cumul mensuel de 6.8 l/m², le mois de juillet 2022 est le 3ème mois de juillet le plus sec jamais observé au Luxembourg, le record absolu étant détenu par le mois de juillet 1949 avec seulement 2.2 l/m².

DES CANICULES À RÉPÉTITION

L'un des effets les plus scientifiquement vérifiés du changement climatique est que les vagues de chaleur vont se multiplier, s'allonger et s'intensifier. Une canicule se définit par trois critères: des températures anormalement élevées, des nuits chaudes qui empêchent le corps de se refroidir, pendant plusieurs jours.

Les scientifiques estiment qu'en Europe, le nombre de morts liées au stress thermique pourrait doubler voire tripler selon l'ampleur du réchauffement de la planète au cours du siècle.

La canicule actuelle a commencé le 31 juillet et est la troisième de l'année, après celles de fin juin et de mi-juillet. S'y ajoute un mois de juillet classé comme le mois le plus sec depuis... mars 1961 en Europe.

UN CONTINENT À SEC

Une sécheresse record qui entraîne des incendies dévastateurs.  Alors que la haute saison des feux n'est pas encore terminée, le bilan provisoire des incendies s'alourdit dans l'Union européenne avec déjà plus de  660.000 hectares brûlés depuis janvier, établissant un record à ce stade de l'année depuis le début des données satellitaires en 2006.

Selon l'observatoire européen de la sécheresse, 47% du territoire européen était en situation d'alerte fin juillet et 17% en situation de crise, une situation qui n'a fait qu'empirer depuis.
La Commission européenne a publié une image satellite de l’Europe centrale et occidentale afin d’alerter sur la gravité du problème.

Le niveau du Rhin au point de mesure de Kaub en Allemagne, une référence utilisée pour juger sa navigabilité, est tombé vendredi sous le niveau de 40 centimètres, considéré nécessaire pour une grande partie du transport fluvial.

RTL

© Yann Schreiber / AFP

La perspective d'un arrêt partiel du trafic sur ce fleuve parmi les plus fréquentés du monde constitue un nouveau casse-tête pour l'industrie européenne, déjà éprouvée par la crise du gaz russe et la flambée des prix de l'énergie dans la foulée de la guerre en Ukraine.

Et cela a des conséquences néfastes y compris au Luxembourg. Le niveau de la Moselle est encore suffisamment élevé pour permettre la navigation, mais avec des bateaux chargés à 40% seulement en raison des faibles tirants d'eau autorisés.

Et à Mertert, le niveau des eaux inquiète. Vendredi, pas un seul navire n'est arrivé au port luxembourgeois. Une situation qui pourrait concerner tout le monde, car il faut savoir que plus de 30 % du diesel et de l'essence destinés au Luxembourg sont stockés à Mertert. Et 80% de celui-ci vient du Rhin et de la Moselle au Luxembourg par bateau.

FAUNE, FLORE ET HUMANITÉ MENACÉS

Quatre indicateurs clés du changement climatique – la concentration des gaz à effet de serre, l’élévation du niveau de la mer, le réchauffement et l’acidification des océans – ont établi de nouveaux records en 2021. Selon l’Organisation météorologique mondiale, ceci démontre une fois encore la réalité des changements provoqués par les activités humaines à l’échelle planétaire.

Bref, il est grand temps de réagir. Critiquant "la lamentable et récurrente incapacité de l’humanité à s’attaquer au dérèglement climatique", le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, appelle à la mise en œuvre de toute urgence de la "solution évidente" constituée par la transformation des systèmes énergétiques afin de sortir de "l’impasse" des combustibles fossiles.