L’influence toxique des réseaux sociaux sur le comportement des adolescents n’est plus à prouver, découvrez cette nouvelle étude qui l’analyse avec précision.

Les chercheurs des universités de Cambridge et d'Oxford, ainsi que les psychologues du Donders Institute for Brain ont pointé du doigt les impacts négatifs des réseaux sociaux sur la santé mentale des adolescents.

Publiée dans la revue scientifique Nature, l'étude a porté sur 84.011 personnes âgées de 10 à 80 ans et résidant au Royaume-Uni. Elle montre que les réseaux sociaux peuvent avoir un impact sur la santé mentale à deux périodes charnières de la vie des jeunes: la puberté et le moment où ils quittent le domicile familial.

IMPACT DIFFÉRENT SUR LES FILLES ET LES GARÇONS

Pour le Dr Amy Orben, la psychologue en charge de l'étude, "Le lien entre l'utilisation des réseaux sociaux et le bien-être mental est de toute évidence très complexe. Les changements au sein de notre corps, comme le développement du cerveau et la puberté semblent nous rendre vulnérables à des moments particuliers de notre vie".

Plus précisément, en examinant les données d’une enquête menée auprès de plus de 17.000 jeunes de 10 à 21 ans, les chercheurs ont constaté que les adolescentes qui passaient plus de temps sur les réseaux sociaux entre 11 et 13 ans étaient moins satisfaites de leur vie après un an. Cette tendance affecte les garçons plus tard, de 14 à 15 ans.

RTL

© Shutterstock

Une utilisation accrue des réseaux sociaux provoque également une moindre satisfaction dans la vie chez les jeunes de 19 ans, filles et garçons.
Cela peut être dû à des changements de vie, comme le fait de quitter le domicile familial ou de commencer à travailler, ce qui peut rendre les jeunes adultes particulièrement vulnérables.