Philip Crowther est le Luxembourgeois qui impressionne la planète entière depuis plusieurs jours. Le journaliste polyglotte revient pour nous sur le tourbillon médiatique qu'il vit depuis qu'une de ses vidéos a fait le tour du monde.

Les fidèles de RTL au Luxembourg connaissent certainement le visage ou la voix de Philip Crowther. Ce journaliste, né au Grand-Duché d’un père anglais et d’une mère allemande, est reporter international affilié à l'agence Associated Press et il n'est pas rare de l'apercevoir sur RTL Télé Lëtzebuerg ou de l'entendre sur 100.7.

"C'EST UNE BELLE OCCASION POUR MOI D'EXPLIQUER D'OÙ JE VIENS"

Depuis un peu plus d'une semaine, une vidéo de Philip Crowther, désormais correspondant à Washington, passant d’une langue à l’autre avec une grande aisance, est devenue virale sur Internet, évoquée jusque dans la matinale de la chaîne américaine CBS. Assurément le buzz de la semaine...

"Ça fait du bien, bien sûr, nous a confié Philip Crowther. C’est sympa aussi de voir comment une vidéo devient virale. C’est une vidéo que j’ai mise sur Twitter il y a plus d’une semaine et qui ensuite a fait le tour du monde mais d’une manière fascinante. Une vidéo qui a été reprise par les collègues ici aux États-Unis, où peu de gens parlent plus de deux langues. Ensuite, elle a eu un grand succès en Espagne. Ces derniers jours, beaucoup de médias espagnols m’ont appelé pour des entretiens."

© Philip Crowther

Celui qui a désormais trois nationalités — anglaise, allemande et luxembourgeoise depuis 2019 —, est heureux de participer au rayonnement de son pays d’origine.

"J’explique normalement cette connaissance des langues, poursuit-il, en disant tout simplement que je suis né au Luxembourg, où presque tout le monde, à l’âge de 18 ans, parle quatre langues de manière plus ou moins courante. Ensuite, c’était assez facile d’en ajouter deux. Il faut les étudier bien sûr mais c’est une très belle occasion pour moi d’expliquer d’où je viens, comment est le Luxembourg, notre facilité avec les langues, d'expliquer où se trouve le Luxembourg."

"IL Y A TROP PEU DE LUXEMBOURGEOIS QUI APPRENNENT LE PORTUGAIS"

Si sa maîtrise de l'espagnol découle de sa passion pour le foot et remonte à l'époque où il regardait les matchs à la télévision espagnole, sa connaissance du portugais a des raisons plus humanistes.

"J'avais une grande motivation pour apprendre le portugais, affirme Philip, pouvoir parler avec la communauté portugaise au Luxembourg. J’ai l’impression qu’il y a trop peu de Luxembourgeois qui apprennent le portugais. C’est un luxe magnifique de pouvoir communiquer avec une communauté d’immigrants aussi importante. Quand tu sors quelques mots en portugais, ou des phrases entières, les Portugais sont généralement assez contents d’entendre un Luxembourgeois parler un peu de portugais."

Philip Crowther fait preuve d'une empathie qui aurait pu faire de lui un remarquable anthropologue, mais c'est vers le journalisme politique qu'il s'est tourné. Après avoir étudié la culture hispanique à Londres, il s'est réorienté vers le journalisme télévisuel. Le Luxembourgeois d'origine est désormais le correspondant de nombreux médias à Washington, conscient de vivre un tournant dans l'histoire de l'Amérique.

"Tout a changé avec l’arrivée au pouvoir de Biden. Avec Trump, notre travail commençait dès 6h du matin pour savoir s’il n’avait pas tweeté quelque chose. C’est lui qui dictait l’actualité de la journée, et on ne savait pas quand elle allait terminer. Mais d’une certaine manière, on a eu de la chance avec Donald Trump, en dépit de son agressivité envers les journalistes. Car on avait énormément accès au président, ce qui risque de changer avec Joe Biden à mon avis. Je pense que tous les journalistes vont un peu le regretter, car la base de notre métier, c’est d’avoir accès au président, et cela marchait avec Donald Trump."