La société Tsume a fait du Luxembourg la référence mondiale des figurines haut de gamme! Visite guidée de ses ateliers en compagnie du Lorrain Cyril Marchiol.

CHAPITRE I: DEVANT LE CLUB DOROTHÉE, TU T'ENTRAÎNERAS

Imaginez un enfant qui collectionne des montagnes de jeux-vidéo, de figurines et de mangas. Un enfant qui pourrait percer au football mais qui préfère regarder Le Club Dorothée. Un enfant qui, devenu adulte, ramène du Japon des conteneurs entiers de figurines et clame fièrement: "C'est décidé, ma vie, ce sera ça!".

Chez certains parents, cet enfant provoquerait une crise d'épilepsie aussi sûrement que certains dessins-animés japonais.

Mais Cyril Marchiol, en bon disciple d'Akira Toriyama (alias "Dieu le Père de Dragon Ball"), sait que ce qui ne vous tue pas vous rend Super Saiyan. Et justement, ce Lorrain originaire de Metzervisse (près de Thionville) a de l'énergie à revendre. Une rage de réussir à faire pâlir un Berserk. "Un jour, je deviendrai le roi des figurines, je les surpasserai tous" répond-il aux incrédules...

Quelques années plus tard, nous rencontrons le trentenaire barbu et tatoué au Luxembourg. Le doux rêveur est désormais papa d'une entreprise florissante. Son bébé s'appelle Tsume, et c'est tout simplement la référence mondiale des figurines haut de gamme. "Il faut savoir que quand on parle en Chine de figurines et de statues, on dit que les meilleures sont réalisées au Luxembourg" sourit-il. Et là, tous les conseillers d'orientation du Pôle Emploi sont en PLS...

CHAPITRE II: D'OBSÉDÉS COMME TOI, TU T'ENTOURERAS

C'est une morale universelle dans les mangas: pas de grandes aventures sans compagnons de route. Cyril a donc regroupé autour de lui une bande d'obsédés de japanimation, de jeux vidéo et de pop culture. Le genre, comme Tortue Géniale, à louer tous les saints pour toucher du doigt leurs rêves...

Et quoi de mieux que le voisin luxembourgeois, obsédé par les jeunes pousses prometteuses, pour servir de QG à cette armada? C'est à Sandweiler, dans les ateliers de Tsume, que nous rencontrons ces drôles d'experts: mangakas, sculpteurs de résine, infographistes 3D... La crème de la crème venue de la Grande Région et de contrées bien plus lointaines. "Notre gros point fort, c'est qu'on sait tout faire, de A à Z" résume Cyril.

Une fois que Tsume obtient une licence pour un produit, c'est au Luxembourg que la figurine va être dessinée, modélisée, sculptée... Ensuite, un prototype est envoyé en Chine, dans une usine triée sur le volet, où la figurine sera produite en série, voir personnalisée en un exemplaire unique pour les plus prestigieuses. Depuis le premier coup de crayon jusqu'à la figurine finale, le processus prendra plus d'un an!

CHAPITRE III: PLUS GROS QUE LES YEUX, TON VENTRE TU AURAS

Maintenant qu'elle a bien affûté ses griffes, Tsume a les crocs. Bostée par une croissance de 30% l'an passé, l'entreprise fondée en 2011 compte déjà 55 employés et un chiffre d'affaire de 9 millions. Pas mal pour un marché de niche!

Elle détient dans son catalogue les licences des mangas les plus prestigieux: Naruto, One Punch Man, Dragon Ball, One Piece, Fairy Tail, Street Fighter, Predator... Ses figurines, qui se vendent de quelques dizaines d'euros à plusieurs milliers pour les plus imposantes, font un tabac. Mais Tsume ne compte pas s'arrêter là. "Je veux toucher à tout ce que j'aime. Je n'ai pas de limites" prévient Cyril qui, comme Luffy de One Piece, n'a pas peur d'avoir les yeux plus gros que le ventre.

"Aujourd'hui, Tsume est connu pour les mangas et la japanimation. Mais on veut s'ouvrir à la pop culture, à Marvel, les comics... Je ne peux pas trop vous en dire, mais les plus grosses licences sont venues nous voir" sourit-il. Mais voilà déjà un scoop qui ne laissera indifférent que les Moldus: Tsume va sortir cette année des figurines de la licence Harry Potter!

Enfin, Tsume multiplie les créations originales: ligne de vêtements, jeux de société, et désormais, histoire de boucler la boucle, les mangas ("Ragnafall" et "Imperium Circus")...

Bien sûr, l'aventure est loin d'être de tout repos pour Cyril et son équipe. "Ma vie, c'est un shōnen: on s'en prend plein la gueule, mais on se bat tout le temps et on trouve des amis pour nous aider et avancer". Tout ça avec l'étiquette "Made in Luxembourg", ce qui réjouit ce frontalier: "Je suis à ma façon un étendard pour la pop culture au Luxembourg. C'est vraiment génial!"