Comment le Grand-Duché est-il devenu la pompe à essence de la Grande Région? Réponse en vidéo...

"Faire le plein au Luxembourg"... Quel habitant de la Grande Région n'a pas un jour inscrit cette note sur sa "to do" liste?

Au sortir de la crise de la sidérurgie, le Grand-Duché a cherché à relancer son économie. Et le maintien à la baisse des taxes sur les carburants – comme sur les cigarettes et l'alcool – a contribué à rendre le pays attractif, quitte à énerver un peu ses voisins français, belge et allemand. Au point qu'on a commencé à parler de "tourisme à la pompe".

"Si on définit ce mot par: des gens qui vont seulement venir au Luxembourg faire leur plein, précise Romain Hoffmann, président du Groupement Pétrolier, je crois que ce nombre de personnes est assez réduit et dans les ventes faites au Luxembourg, ça ne représente pas plus de 10% du volume."

Un chiffre à relativiser toutefois, car de par sa position au centre de l’Europe, le Luxembourg draine un nombre important de camions. Sur 10 litres vendus, près de 8 litres le sont à des non-résidents selon une enquête du Statec parue en 2016.

AU LUXEMBOURG, ON N'A PAS DE PÉTROLE, MAIS ON A DES STATIONS

Même si le nombre de stations-services a fondu depuis les années 90, en raison de l'instauration de la “loi commodo/incommodo” sur l’établissement des commerces qui prend en compte des considérations environnementales strictes, il en reste environ 230 au Grand-Duché. Proportionnellement à la population, le Luxembourg compte près de trois fois plus de stations que la France par exemple.

En 2022, le Grand-Duché est tiraillé entre une source de revenus facile et une ambition politique dans l'air du temps, celle de devenir exemplaire en matière de développement durable. Et les deux ne font pas forcément bon ménage. "En fait, ce n’est pas un modèle qui peut durer, affirme le ministre de l'Énergie Claude Turmes, parce que changement climatique, ça veut dire urgence climatique et maintenant il faut aller vite sur les alternatives. C’est pour ça aussi qu’on met en place des chargeurs électriques partout dans le pays et même sur les aires de service pour que le Luxembourg soit un des premiers pays à avoir l’infrastructure du futur pour le transport routier."