Derrière le succès de la série luxembourgeoise "Capitani" se cache un mélomane. Son créateur mesure le rôle de la musique, sur l'écran comme dans la vie.

Qu'elles aient bercé notre enfance, qu'elles enchantent nos journées où qu'elles soient devenues des compagnes pour la vie, les chansons jalonnent notre existence.

La devise de Face B pourrait être: "Dis-moi ce que tu écoutes, je te dirai qui tu es".

Dans cet épisode, c'est tout simplement le premier "showrunner" luxembourgeois qui s'est prêté au jeu. Thierry Faber est l'un des grands artisans du succès international de la série luxembourgeoise Capitani, qui a créé la sensation sur Netflix en 2021.

L'humilité de Therry Faber se manifeste dès la première question, lorsqu'on lui demande ce qu'il ressent à l'idée d'être le premier Luxembourgeois à avoir endossé cette fonction, née aux États-Unis, de créateur et "grand coordinateur" sur le tournage d'une série: "Ça ne fait pas grand chose... Ça fait surtout beaucoup de travail! Mais ça fait plaisir d'installer cette fonction dans la perspective du futur de la production de séries au Grand-Duché. Elle est nouvelle car elle se situe entre le producteur et le réalisateur. On n'en a pas besoin au cinéma mais sur une série, il y a trop de gens et de travail à coordonner."

Revoir notre reportage sur le tournage de la saison 2

"CE QUI ME REND LE PLUS FIER, C'EST QUE LA SÉRIE AIT ÉTÉ BIEN ACCUEILLIE AU LUXEMBOURG"

Thierry Faber ne s'est pas contenté d'être créateur et showrunner de la série, mais a également largement contribué au montage - il est monteur de formation - et même à la réalisation, par la force des choses car il a fallu remplacer le réalisateur Christophe Wagner au pied levé pour cause de covid.

"Le fait que la série soit disponible sur Netflix, poursuit-il, et donc proposée dans différentes langues, m'a aidé à avoir du recul sur mon travail. En regardant un épisode doublé en français ou en allemand, j'ai eu l'impression de voir quelque chose que je n'avais pas fait moi-même et ça m'a permis d'avoir un peu de recul. Ce qui me rend le plus fier, c'est que la série ait été bien accueillie au Luxembourg, car elle a été faite pour ça, même si Netflix a bien sûr été une merveilleuse surprise."

Après une tranche de vie de plusieurs années consacrée à Capitani, Thierry Faber se concentre désormais sur de nouveaux projets en développement... Mais pas forcément en musique.

"Dans mon processus créatif, je n'ai pas besoin de musique. Je dirais même que ça me déconcentre d’écouter de la musique en écrivant. En revanche, quand il doit y avoir de la musique dans des scènes, là, c'est un grand plaisir de la choisir, de voir le rendu, de se demander pourquoi tel personnage écouterait cette musique et pas une autre."

Réécoutez l'épisode du podcast "Vous avez comme un accent" avec Thierry Faber:

22. Thierry Faber - créateur et scénariste de Capitani