La NASA vient de signer un contrat avec ICON, le spécialiste de la construction par impression 3D, afin de construire des routes, des habitations et des pistes d'atterrissage sur la Lune.

La Nasa a investi des  dizaines de milliards de dollars dans le programme américain de retour sur la Lune, Artémis. Après avoir ramené des humains sur la surface lunaire, son but est de préparer un futur voyage vers Mars.

La Nasa veut établir une présence humaine durable sur la Lune, grâce à une base à sa surface et une station spatiale en orbite autour d'elle.  Apprendre à vivre sur la Lune doit permettre de tester toutes les technologies  nécessaires à un voyage vers Mars - peut-être à la fin des années 2030.

Dans cette optique, la société d'impression 3D à grande échelle ICON, un leader de cette technologie de construction avancée, a signé un contrat de 57,2 millions de dollars avec la NASA pour utiliser sa technologie afin de construire une base et des routes sur la Lune.

DES CONSTRUCTIONS... IMPRIMÉES

Le système Olympus d'ICON sera un système de construction polyvalent utilisant principalement les ressources lunaires comme matériaux de construction pour poursuivre les efforts de la NASA ainsi que des organisations commerciales pour établir une présence lunaire durable une fois que les humains reviennent sur la lune.

ICON a également l'intention de travailler avec des échantillons de régolithe lunaire ramenés des missions Apollo pour déterminer leur comportement mécanique dans la gravité lunaire simulée.

Ces découvertes donneront des résultats qui éclaireront les futures approches de construction lunaire pour la communauté spatiale au sens large, y compris pour les infrastructures critiques telles que les aires d'atterrissage, les boucliers anti-souffle et les routes.

Cette technologie aidera à établir l'infrastructure essentielle nécessaire à une présence humaine durable sur la Lune. La Lune possède diverses ressources possibles.

Le basalte, une roche  volcanique, pourrait être utilisée comme matière première pour fabriquer des  satellites grâce à l'impression 3D qui pourraient être lancés depuis la Lune, à  un coût bien moindre que celui d'un lancement depuis la Terre où la gravité est  beaucoup plus importante.

BIENTÔT UNE COLONIE HUMAINE

D'ici 2030, il pourrait y avoir une première colonie lunaire comprenant six à dix pionniers (scientifiques, techniciens et ingénieurs).

Et d'ici 2040, une centaine de personnes pourraient vivre sur la Lune, faisant fondre de la glace pour avoir de l'eau, mangeant des plantes cultivées sur le sol lunaire et pratiquant des sports "volants" en profitant de la faible gravité de notre satellite.

Pur scénario de science-fiction? Pas pour certains experts comme Bernard Foing, expert du programme "Moon Village" de l'Agence spatiale européenne, qui considère que cet objectif est réalisable.