Le transport maritime est responsable de 7% de la consommation mondiale de pétrole et de 3% des émissions de CO2. Mais l'avenir est sans doute aux cargos éoliens. Explications.

Il sera le plus grand navire à voiles du monde. Baptisé Oceanbird, ce cargo est le premier du genre à être propulsé par le vent. L'entreprise suédoise Wallenius Marine veut révolutionner le secteur du transport par cargo et en finir avec la propulsion aux énergies fossiles. Elle a développé ce concept qui optimise l'énergie éolienne.

Même si la principale force énergétique provient du vent, les gréements d'Oceanbird ont plus en commun avec des ailes d'avion que des voiles traditionnelles. Ce cargo de 200 mètres de long et 40 mètres de large doté de 5 énormes voiles rigides. Il sera capable de transporter 7.000 véhicules. La hauteur des ailes pourra être réduite pour permettre les passages sous les ponts ou lorsque les vents sont trop forts.

Pour pouvoir entrer et sortir des ports - et par mesure de sécurité - le navire sera également équipé d'un moteur auxiliaire. Mais il devrait émettre 90 % de CO2 en moins que les autres navires de même taille. En naviguant à une vitesse moyenne de 10 nœuds, il faudra 12 jours au lieu de 8 pour traverser l'Atlantique.

Outre la réduction des émissions atmosphériques, Oceanbird réduira également la pollution sonore dans l'eau. Oceanbird sera beaucoup plus silencieux dans l'eau, car il n'y a pas de bruits de générateurs ou de moteurs. Un vrai plus pour les baleines et autres mammifères marins qui dépendent de l'ouïe pour naviguer, se reproduire et trouver de la nourriture.

Sa construction devrait prendre 3 ans, mais il pourrait naviguer dès 2025.

RTL

© Oceanbird