Le Youtubeur messin Mamytwink s'est confié à RTL 5minutes sur ses fameuses vidéos d'exploration de lieux abandonnés.

À 29 ans, Mamytwink, alias Florian Henn, peut être fier de son parcours. D'abord Youtubeur spécialisé dans les jeux vidéo, le voilà devenu un des grands noms de l'exploration de lieux abandonnés. Des forts de Metz à un navire de guerre en passant par le château d'un gangster, et bientôt la centrale de Tchernobyl, ses vidéos lui ont permis de fédérer une très grande communauté: sa chaîne YouTube compte plus d'un million d'abonnés depuis cette année.

Florian, qui est né au Grand-Duché et possède la nationalité luxembourgeoise, est désormais installé à Metz, "son QG", comme il l'appelle avec décontraction, même si on devine son attachement à la ville.

DU JEU VIDÉO À L'URBEX

Ses premiers succès, Mamytwink les doit au jeu World of Warcraft, dont il suivait les évolutions. Avant de progressivement se recentrer sur des vidéos d'aventures. "Passer du gaming au "real life", ça n'arrive pas souvent, mais on a eu la chance de bien l'amener, de bien l'expliquer (à notre communauté, ndlr) et ça s'est bien passé" se réjouit-il, plus de trois ans après la publication de sa fameuse vidéo d'exploration "La plus grande peur de ma vie".

Après avoir démarré avec les forts de Metz (la ville compte deux ceintures de fortifications développées aux XIXe et XXe siècles), Florian et ses acolytes François et Julien se sont aventurés bien loin de la région. Les internautes ont pu les voir se rendre dans un ancien fort alpin, à plus de 3.000 m d'altitude. Ou découvrir un ancien château, un temps propriété d'un baron du crime anglais. Sans compter leur visite de Tchernobyl, dont la vidéo sort mercredi 5 juin. "C'est la plus grosse production de l'histoire de notre chaîne à ce jour. On a pu faire voler un drone là-bas, c'est rare" nous explique-t-il, fier du travail abattu.

Derrière les vidéos se cache "une vraie vie d'entrepreneur", souvent invisible pour le simple spectateur. "Ça apporte une charge de travail très importante, en plus de la production des vidéos, même si maintenant on entre dans notre quatrième année, et qu'on a pu apprendre, se rôder sur la vie d'entreprise pour durer sur le long terme." Pour lui, l'important est maintenant de trouver "ce juste équilibre" entre travail et plaisir. Tout en acceptant d'être reconnu dans la rue et de devoir, de temps en temps, parler de la chaîne avec des inconnus: "ça fait plaisir bien sûr, même si parfois, tu as envie de penser à autre chose" reconnaît le vidéaste, qui vante les mérites d'un week-en de déconnexion.

Florian en pleine explication de l'histoire de la bête du Gévaudan. / © Mamytwik

S'il connaît le succès grâce à ses visites de lieux parfois interdits, Florian rappelle que certains édifices, notamment lorrains, sont accessibles car entretenus par des associations et peuvent faire office de "belles introductions" à une vie d'aventure: le fort de Verny, le fort de Queuleu, le Hackenberg de la ligne Maginot... Lui-même, bien contraint de franchir certaines limites pour vivre sa passion, reste lucide sur ses sorties: "Nous n'avons jamais eu trop de soucis. On a ce goût du frisson mais avec modération, on ne va jamais se mettre en danger ou faire quelque chose d'inconsidéré."

Pour "fêter" ce cap du million d'abonnés, l'équipe de Mamytwink s'est lancée un pari un peu fou: visiter la zone d'exclusion autour de Tchernobyl et la ville abandonnée de Pripiat. Cette fois, les laissez-passer sont de rigueur, et Florian et ses compères en profitent pour produire une des vidéos les plus ambitieuses de leur chaîne. Environ 750 privilégiés pourront la voir en avant-première mardi soir (le 4 juin 2019) à la salle du 13ème Art à Paris. Et mercredi soir directement sur sa chaîne YouTube.