Bien sûr que non, UN mégot, ce n'est pas grave. Mais plusieurs, comme à Differdange où ils représentent 30% des déchets, ça commence à faire un paquet... Alors, on fait quoi?

Ils transforment nos villes en cendrier géant. Ils engueulent leurs gosses qui jettent des cannettes par terre, mais estiment que leur clope, "c’est pas pareil". Ils gâchent le paysage depuis nos villes jusqu’aux plages, et hurlent à la dictature de l'hygiénisme dès qu'on ose remettre en question leur droit à polluer.

Ces petits pollueurs du quotidien, ce sont CERTAINS fumeurs. "Certains", car avant de tirer au boulet rouge dans la foule, faisons d’abord le tri entre le petit poucet qui sème ses mégots du matin au soir et l’extraterrestre qui se trimballe avec un cendrier de poche.

Entre ces deux extrêmes, beaucoup font leur possible pour fumer sans polluer nos trottoirs, et ceux-là méritent qu’on leur lâche la grappe. Filons-leur même une médaille, car trouver un cendrier ou une poubelle ressemble parfois à une partie de Pokémon Go.

Non, parlons des autres, ceux qui n’en ont franchement rien à cirer.

30% DES DÉCHETS À DIFFERDANGE

À ceux-là, on pourrait leur recommander de regarder cette photo:

© Page Facebook (Leo not happy)

Voilà ce que des volontaires ont ramassé à Bruxelles en à peine trois heures. Mais cela aurait pu se dérouler aussi bien à Differdange, car une étude menée dans cette commune luxembourgeoise a montré que 30% des déchets jetés à terre sont des mégots.

À ceux-là, on pourrait aussi leur parler chiffres jusqu'à ce qu'ils fument de la tête: chaque seconde, 137.000 mégots sont jetés par terre dans le monde, c’est le déchet numéro un dans l’environnement, chaque mégot pollue jusqu'à 500 litres d'eau en contenant 4000 substances chimiques, blablablabla...

QUI A PEUR DU GRAND MÉCHANT 49 EUROS?

Mais franchement… qu’est-ce que cela changerait? Si les discours moralisateurs servaient à quelque chose, on n'aurait pas de réchauffement climatique ni de concours des pires stationnements de l'année (si, c'est grave).

Donc quand la prévention et la sensibilisation échouent, l’État de droit, en désespoir de cause, doit jouer du bâton.

Sauf qu’au Luxembourg, le bâton fait plutôt pitié. Si vous connaissez quelqu’un qui a été dissuadé par les 49 euros d’amende prévu pour ceux qui tartinent les trottoirs avec leurs clopes, prière de nous faire parvenir ses coordonnés. À titre de comparaison, nos voisins sont souvent plus sévères (68 euros en France, 75 euros dans certaines villes allemandes, 100 euros en Wallonie).

On pourrait donc taper plus fort au portefeuille. C'est toujours efficace, même si c'est parfois injuste, car cela ne distingue pas le pauvre du riche, et le fumeur occasionnel du "serial-pollueur".

Pour les incorrigibles, on pourrait aussi appliquer la méthode préférée des parents: "T'AS FAIT UNE BÊTISE? BAH TU LA RÉPARES!". Bref, du travail d'intérêt général dans les rues du pays, à ramasser les mégots des autres... Ça rendrait service à tout le monde, non?

Mais si vous avez une meilleure idée, on est curieux de la lire en commentaire!