Marre du "Brexit" par-çi, "Brexit" par-là. Messieurs les anglais, tirez(-vous) les premiers : vivement le "Brigo"!

J’ignore si vous partagez mon “feeling” mais il y a des mots qui dérangent.
Jean-Claude Juncker en tout cas semble être de mon avis ("Les gens sont fatigués d’en entendre parler, j’en ai marre"). Il parle du Brexit bien sûr.

Voici donc le mot qui définitivement nous les casse… mais il y en a d’autres : à l’époque c’était le mot "compétitivité", utilisé à outrance par les représentants patronaux pour obtenir davantage d’avantages par rapport aux concurrents, aux salariés surtout. Il ne s’en sortait rien … et pourtant l’économie luxembourgeoise restait compétitive.

Et puis attention : un nouveau mot va faire son apparition, éphémère il est vrai, dans la presse nationale et internationale. Ce sera le "Urbi et orbi", oui, oui, nous le savons, cela veut dire "Pour la ville et pour le monde" petite leçon de latin (Das kleine Latinum) annuel lors de la période pascale. Heureusement que d’aucuns en ont déduit l’adresse courriel du Pape "urbi@orbi".

"ELLE EST TOMBÉE ENCEINTE"

Et puis il y les "mort-nés", des mots qui ne disent rien et qui sont utilisés à outrance:

  • Ses jours ne sont pas en danger ; dit-on lorsque quelqu’un est grièvement blessé, mais va probablement survivre à ses blessures.A chaque fois que je l’entends, je me fais quand même des soucis pour "ses nuits"!
  • "Elle est tombée enceinte"; celui-là fait vraiment mal! Les féministes devraient remonter … sur les barricades! Comment peut-on tomber aussi bas, jusqu’au point de devenir enceinte? Quelle chute vertigineuse est donc à l’origine de ce désastre ?

Mais revenons donc à "notre" Brexit. Je suis comme vous: mais prenez-le donc, votre Exit, chers Britanniques!

Laissez-nous les Beatles et partez rejoindre les US. C’est bien là votre souci majeur depuis l’ultra libéralisme introduit par Maggy Thatcher et Ronny Reagan.

BRITAIN GO!

Mais faites vite, les délais sont écoulés, mais viennent d’être prolongés jusqu’au 31 octobre.

Le jours de tous les Saints 2019 (la Toussaint, le 1er novembre) il en sera définitivement fini… a priori. Je dis a priori, car on nous l’a promis tellement souvent, permettez-moi de rester sceptique.

D’ici là, svp. utilisons un autre not pour désigner la douloureuse opération. Je plaide pour "BRIGO", Britain go!

PS : L’auteur fait savoir qu’il n’est pas en faveur du Brexit, ni dans l’intérêt des Britanniques, ni des Européens, ni surtout des Luxembourgeois.