Le procès de l'ancien PDG de la société allemande Wirecard s'est ouvert jeudi à Munich, deux ans et demi après la faillite retentissante de ce prestataire de paiements qui a éclaboussé le monde financier et politique.

Tous les regards sont tournés vers Markus Braun qui était aux commandes de ce fleuron du secteur numérique ayant fait illusion jusqu'à son krach de juin 2020.

Cet Autrichien de 53 ans, en détention provisoire depuis le début de l'enquête, lèvera-t-il le voile sur les rouages des malversations dont il est accusé ?

Il nie tout délit et se considère plutôt comme victime de la fraude mais ne s'est jamais exprimé en détail sur les faits. Vêtu d'un blazer et d'un col roulé, il a commence jeudi à répondre aux questions des juges sur identité, ont constaté des journalistes de l'AFP.

Le procès-fleuve a démarré dans une salle sécurisée au sein de la prison de Stadelheim, dans la capitale bavaroise, et se poursuivra au moins jusqu'en 2024.

- Patron milliardaire -

Pendant les années d'ascension fulgurante de Wirecard, Markus Braun, ingénieur informatique de formation, cultivait les ressemblances avec l'ex-patron d'Apple, Steve Jobs, aimant comme lui porter des cols roulés sombres et exposer sa vision d'un avenir numérique.

RTL

Des journalistes attendent devant l'entrée de la salle d'audience du tribunal de Munich avant l'ouverture du procès de l'ancien PDG de Wirecard, Markus Braun, le 8 décembre 2022 / © AFP

Mais le parquet de Munich le voit comme un simple escroc agissant en chef de bande, le tenant comme principal responsable d'un scandale "sans précédent" dans l'Allemagne d'après-guerre, selon le ministre des Finances de l'époque Olaf Scholz, depuis devenu chancelier.

M. Braun est accusé de fraude comptable, de manipulation de marché, d'abus de confiance particulièrement graves et d'escroquerie en bande organisée.

Deux anciens cadres seront également dans le box des accusés: Stephan von Erffa, ancien chef comptable, et Oliver Bellenhaus, ancien directeur d'une filiale basée à Dubaï, qui va servir de "témoin clé" pour l'accusation.

RTL

Le PDG de la société allemande Wirecard, Markus Braun, le 18 septembre 2018 au siège de la compagnie à Aschheim, près de Munich / © AFP/Archives

Prenant la tête en 2002 d'une jeune start-up qui gagnait de l'argent grâce aux sites pornos et jeux d'argent, M. Braun a hissé Wirecard jusqu'à l'élite de la Bourse allemande, l'indice Dax, en 2018.

La firme d'Aschheim, dans le sud de l'Allemagne, valait alors plus que le mastodonte Deutsche Bank et M. Braun, qui détenait 7% des actions, était milliardaire.

- Ventes fictives -

Wirecard a coulé en Bourse en juin 2020, après que ses dirigeants ont avoué que 1,9 milliard d'euros d'actifs, soit un quart de la taille du bilan, n'existaient pas en réalité.

Acteur central de la fraude présumée, l'Autrichien Jan Marsalek, ancien bras droit de M. Braun, est en cavale depuis deux ans et demi.

L'affaire verse avec lui dans le roman d'espionnage car M. Marsalek, 42 ans, est soupçonné d'avoir bénéficié de complicités au sein de certains services secrets et d'être lié à des intérêts russes ou libyens.

L'enquête a révélé que les comptes de Wirecard pour les années 2015 à 2018 avaient enjolivé la situation, afin de rendre l'entreprise attractive pour les investisseurs.

RTL

Photo fournie par la police de l'homme d'affaires autrichien Jan Marsalek en 2019 / © Police Munich/AFP/Archives

Une partie des commissions basées sur des paiements ne provenaient pas de Wirecard mais de prétendus tiers en Asie et dans la région du Golfe, qui avaient une licence pour opérer.

Or, "il n'y avait en réalité aucun revendeur mis en relation par ces partenaires" et donc aucun chiffre d'affaires tangible, selon l'acte d'accusation.

Wirecard a pu cependant se financer des années durant, pour combler ses pertes réelles.

- Politiques étrillés -

Les actionnaires ont perdu dans la faillite plus de 20 milliards d'euros et les banques créancières 2 milliards d'euros.

L'affaire a révélé les lacunes du superviseur allemand des marchés financiers (BaFin), placé sous la tutelle du ministère des Finances, et du cabinet d'audit comptable, la multinationale EY.

RTL

La chancelière allemande Angela Merkel à l'issue d'une audition dans l'affaire Wirecard, le 23 avril 2021 à Berlin / © AFP/Archives

"La politique doit s'assurer que la supervision fonctionne", or "il y a eu des carences", estime Volker Brühl, professeur au Center for Financial Studies à Francfort.

Personne n'était prêt à "admettre que des fraudeurs étaient à l'œuvre chez Wirecard", explique-t-il à l'AFP.

Le monde politique jusqu'à l'ancienne chancelière Angela Merkel, qui s'était rendue en Chine accompagnée de l'ex-PDG de Wirecard, a aussi été étrillé au long de la commission d'enquête parlementaire qui n'a pas réussi toutefois à pointer la responsabilité des gouvernants.