"Elle chante, elle pense, elle dirige": le magazine musical Diapason s'est excusé mardi pour cette Une sur la cheffe d'orchestre Barbara Hannigan et pour les lecteurs qui se sont sentis "offensés" par cette formulation "maladroite".

La cheffe d'orchestre et soprano canadienne Barbara Hannigan avait elle même tweeté son amertume, en ironisant: "En effet, je suis connue pour penser, mais qui aurait cru que penser faisait la Une des journaux?"

Un titre "est forcément un raccourci et celui-ci n'avait d'autre finalité que de résumer en une formule brève le contenu de l'interview", s'est justifié Diapason sur ses réseaux sociaux.

"Sans doute y avait-il d'autres façons d'exprimer cette idée, prêtant moins à confusion", poursuit la revue, se défendant de toute "intention malveillante".

Cette polémique survient quelques jours après celle autour du magazine Le Film français qui n'avait mis que des hommes en couverture de sa dernière édition pour illustrer la "reconquête" du cinéma tricolore.

"Aucun malaise avec cette couverture?", avait commenté le collectif 50/50, qui milite pour l'égalité, la parité et la diversité dans l'industrie cinématographique et audiovisuelle.

"Si on vous gêne, n'hésitez pas à le dire", avait également tweeté la réalisatrice Audrey Diwan, qui a remporté le Lion d'or en 2021 à Venise avec son film "L'événement".

Le Film français avait regretté un "choix malheureux" et "non représentatif" du secteur.