Un tribunal zimbabwéen a abandonné lundi des poursuites contre le journaliste Hopewell Chin'ono, accusé d'incitation à la violence pour avoir soutenu sur les réseaux sociaux des manifestations anti-gouvernementales en juillet, qui avaient été interdites par les autorités.

Le journaliste de 50 ans, régulièrement aux prises avec la justice pour ses dénonciations publiques du gouvernement d'Emmerson Mnangagwa, a déjà été emprisonné trois fois et passé deux mois derrière les barreaux.

Il est toujours poursuivi dans une autre affaire, pour obstruction, après un tweet commentant une décision de justice avant qu'elle n'ait été prononcée.

"La contradiction évidente entre l'acte d'accusation et les arguments de l'Etat rendent l'accusation nulle et non avenue", a déclaré le juge Siyabona Musithu au tribunal d'Harare.

Selon M. Chin'ono sur Twitter après le jugement, cette décision est la reconnaissance que son arrestation et son procès "ont été montés de toutes pièces".

"J'ai passé les 15 derniers mois dans des prisons et des tribunaux pour quelque chose que je n'ai pas fait", a-t-il dénoncé évoquant de la "cruauté".

Le président Emmerson Mnangagwa est régulièrement accusé de vouloir museler toute opinion dissidente, en poursuivant notamment des journalistes.