La ville de Moscou a lancé vendredi le paiement par reconnaissance faciale dans le métro de la capitale, dernier exemple en date du développement rapide, et pour certains controversé, de cette technologie en Russie.

"Pour entrer dans le métro, les passagers n'ont pas besoin de carte ou de smartphone - il suffit de regarder dans la caméra du tourniquet. Vous n'avez pas besoin de toucher votre smartphone ou toute autre surface", a indiqué le maire adjoint en charge des transports, Maxime Liksoutov, cité dans un communiqué de la mairie.

Selon lui, Moscou est "la première ville au monde où le système fonctionne à une telle échelle" avec 241 stations de métro prises en charge. Il a précisé que le paiement par reconnaissance faciale n'est "qu'un moyen de payer parmi d'autres" et qu'il reste "volontaire".

M. Liksoutov a dit s'attendre à ce que 10 à 15% des passagers utilisent régulièrement ce système d'ici "deux ou trois ans".

Il doit notamment permettre de réduire les temps d'attente dans le gigantesque réseau du métro moscovite, l'un des plus fréquentés d'Europe.

Les autorités ont promis que les données échangées dans le cadre de la reconnaissance faciale seront "cryptées de manière sécurisée", la caméra du tourniquet lisant une "clé biométrique" et non une image du visage de la personne.

RTL

Une jeune femme passe dans un portillon équipé d'un système de paiement par reconnaissance faciale, le 23 septembre 2021 dans le métro de Moscou / © AFP/Archives

Cette technologie, qui se développe rapidement en Russie, a toutefois été critiquée par plusieurs ONG russes et internationales, qui s'inquiètent de dérives, de fuites de données et d'un manque de consentement.

La reconnaissance faciale a été utilisée à Moscou, forte d'un réseau de dizaines de milliers de caméras, pour arrêter des manifestants d'opposition ou encore pour contrôler le respect des quarantaines dues au Covid-19.