Le réalisateur français Laurent Cantet a présenté dimanche son nouveau film, "Arthur Rambo", sur la destruction d'une réputation sur les réseaux sociaux, à l’occasion du festival espagnol de Saint-Sébastien.

Le long-métrage suit un jeune auteur, incarné par Rabah Nait Oufella, d'une génération dans laquelle "même s’ils sont nés avec les réseaux sociaux, je crois qu’il y a une incompréhension parfois de leur fonctionnement", a exposé le réalisateur, lauréat d'une Palme d'or pour "Entre les murs" en 2008, et de deux César pour "Ressources humaines" (1999).

L'histoire d'"Arthur Rambo" se base sur celle, réelle, de Mehdi Meklat, auteur français de 25 ans qui avait acquis une notoriété en chroniquant notamment les quartiers défavorisés, avant de tout arrêter face à la découverte en 2017 de milliers de ses tweets antisémites, homophobes, racistes et sexistes.

Le film raconte l'histoire de Karim D, un jeune écrivain d'origine algérienne qui vit en banlieue parisienne et vient de publier son premier roman sur l'immigration, qui le propulse rapidement vers la célébrité.

Son livre est sur le point d'être adapté au cinéma lorsqu'une série de ses tweets antisémites et homophobes, publiés sous le pseudo "Arthur Rambo" viennent tout renverser, l'obligeant à affronter son entourage et trouver une issue.

"C’est un personnage assez représentatif de notre époque, représentatif aussi d’une fracture sociale qui en France est très marquée, et surtout à Paris, entre le monde parisien et la banlieue", a souligné le réalisateur de 60 ans.

L'acteur franco-algérien Rabah Nait Oufella, 28 ans, s'est fait remarquer en 2008 sous la direction de Cantet avec "Entre les murs".