Après avoir été annoncée mardi midi, l'application française a été finalement lancée en fin de journée.

On l'attendait à midi, les plus impatients n'ont pas téléchargé la bonne, mais désormais c'est fait, l'application traçage française StopCovid a été lancée mardi soir. Elle a été rendue disponible au téléchargement pour les smartphones fonctionnant avec Android dans le magasin d’applications Google Play vers 16 heures, et sur celui d’Apple vers 19 heures.

L'application de traçage de contacts pour smartphones StopCovid était en tête des téléchargements mercredi matin sur les magasins d'applications de Google et d'Apple, selon la société spécialisée AppAnnie.

"En quelques heures, 600 000 personnes ont activé StopCovid. C’est un très bon début. Les travaux des épidémiologistes montrent que, dès les premiers téléchargements, l’application est utile dans la lutte contre le Covid-19", a raconté le secrétaire d’Etat chargé du Numérique, Cédric O, ce matin, sur France 2.

L'application doit permettre à ses utilisateurs d'être prévenus s'ils ont croisé récemment, à moins d'un mètre et pendant plus de 15 minutes, un autre utilisateur qui s'est découvert contaminé par le coronavirus responsable du Covid-19.

SUCCES EN ITALIE

Immuni, l'application de traçage des contacts choisie par l'Italie dans sa lutte pour endiguer la propagation du Covid-19 a été téléchargée par 500.000 personnes en 24 heures, ce qui la place en tête des téléchargements nationaux, écrit mercredi le Corriere della Sera.

"Plus de 500.000 téléchargements en 24 heures et la première place dans le classement italien des applications les plus téléchargées", écrit le premier quotidien de la péninsule.

Ce résultat est d'autant plus surprenant que l'application ne sera opérationnelle qu'à partir du lundi 8 juin dans quatre régions qui la testeront tandis que les seize autres suivront en principe une semaine plus tard.

L'application Immuni a été réalisée par la société Bending Spoons de Milan (nord). Créée avec le soutien d'un centre médical, elle respecte les règles énoncées par l'Union européenne, selon le gouvernement italien.

Elle est basée sur la technologie bluetooth et non sur la géolocalisation. Chacun est libre de la télécharger et dispose du contrôle de ses données personnelles qui ne quittent pas le téléphone de l'utilisateur.