Les négociations avec les Etats-Unis sur la taxation française des géants du numérique sont "très difficiles" et échapper à des sanctions qui pourraient être annoncées dès mercredi est "loin d'être gagné", a constaté lundi le ministre français de l'Economie Bruno Le Maire.

"Nous sommes prêts à faire des pas dans la direction des Etats-Unis, nous en avons proposé un certain nombre, j'espère que nous aurons un accord mercredi. Je ne vous cache pas que c'est très difficile, c'est une des négociations les plus difficiles que j'ai menées, c'est loin d'être gagné", a expliqué M. Le Maire sur la chaîne de télévision LCI.

En représailles à la taxe française qui vise les géants du numérique, pour beaucoup américains, l'administration de Donald Trump a menacé de surtaxer jusqu'à 100% certains produits français emblématiques, pour un montant de 2,4 milliards de dollars.

"Ce serait un coup terrible pour la viticulture française", a reconnu le ministre qui a "passé quasiment tout le week-end à essayer de négocier" et s'entretiendra à nouveau lundi soir avec son homologue américain, le secrétaire au Trésor Steven Mnuchin.

Interrogé pour savoir s'il était prêt à céder en réduisant à "presque rien" la taxe qui impose depuis le 1er janvier 2019 les grandes entreprises du numérique à hauteur de 3% de leur chiffre d'affaires, en attendant l'adoption d'une fiscalité internationale dans le cadre de l'OCDE, M. Le Maire a répondu "certainement pas".

"Ce que j'essaye de faire comprendre à nos amis américains, c'est que le combat n'est pas entre la France et les Etats-Unis, ou entre l'Europe et les Etats-Unis, le combat est pour mettre en place une fiscalité juste sur les activités digitales", a encore dit le ministre.