Facebook a présenté des excuses suite à des accusations de culture raciste, en interne, par des employés issus des minorités qui estiment que le géant des réseaux sociaux "a un problème avec les collaborateurs qui ne sont pas blancs".

"Personne chez Facebook, ou nulle part ailleurs, ne devrait avoir à supporter ce type de comportement. Nous sommes désolés", a réagi vendredi Bertie Thomson, vice-présidente en charge de la communication interne.

Jeudi, douze employés "passés et actuels" de Facebook ont publié anonymement sur la plateforme Medium un article où ils disent être "Tristes. Enervés. Oppressés. Déprimés."

Ils dénoncent une "culture hostile où tous ceux qui ne sont pas blancs se retrouvent à avoir peur de perdre leur emploi, ou peur pour leur sécurité s'ils font remonter les mauvais comportements".

"Ce sont les petites actions qui s'accumulent avec le temps et construisent une culture où nous ne sommes là que pour servir de quotas, jamais pour être reconnus ou acceptés", continuent-ils. "Par contraste, nos collègues des populations de la majorité ont été élevés, célébrés et promus pour avoir accompli moins de travail que ce qui nous a été demandé."

Ils donnent une série d'exemples anonymisés, relatant notamment des incidents avec des collègues ou des managers, sans expliciter le rôle joué par la couleur des personnes qui se sentent brimées.

Ils publient aussi des captures d'écran de messages tirés de Blind, "l'appli qui permet aux employés de Facebook de poster des expériences anonymes".

Sur ces photos, on peut lire des messages comme "Ils (les Noirs) devraient se sentir privilégiés d'avoir été embauchés au nom de la diversité et d'avoir intégré l'entreprise après que nous ayons abaissé le niveau d'exigence" ou encore "Tous les test de QI montrent que les Européens et les Asiatiques sont plus intelligents que toute population de Noirs".

"Cela va contre toutes les valeurs de notre entreprise", a ajouté Bertie Thomson. "Nous écoutons et travaillons dur pour faire mieux".